Données personnelles : les entreprises françaises dépenseront 1 milliard d'euros en 2018

Ronfaut, Lucie
Le RGPD doit remplacer la directive européenne sur la protection des données personnelles actuellement en vigueur. / Flickr/CC/WOCInTech

Le règlement européen sur la protection des données personnelles (RGPD) doit rentrer en vigueur en mai 2018. Pour se mettre en conformité, les entreprises ont recours à des logiciels et des sociétés de services.

La protection des données personnelles est un casse-tête dont les entreprises françaises doivent se préoccuper. En 2018, elles devraient dépenser près de 958 millions d'euros en logiciels et services divers pour se mettre en conformité avec le RGPD, le règlement européen de la protection des données. Ce chiffre, dévoilé jeudi par le syndicat professionnel Syntec Numérique, sera encore plus élevé en 2019. Il atteindra alors 976 millions d'euros. En tout, ces dépenses seront de 4,3 milliards d'euros entre 2017 et 2021.

Adopté en 2016, le RGPD doit remplacer la directive européenne sur la protection des données personnelles actuellement en vigueur. Cette réforme a pour but de contraindre davantage les entreprises sur la sécurité du traitement d'informations personnelles en ligne. Elle prévoit, par exemple, que certaines sociétés se dotent d'un délégué aux données, chargé de contrôler le respect de la nouvelle réglementation ainsi que de collaborer avec différentes autorités nationales (dans le cas de la France, il s'agit de la Cnil). Le RGPD prévoit aussi des sanctions renforcées contre les entreprises n'ayant pas suffisamment protégé les informations personnelles de leurs clients. L'amende encourue peut aller jusqu'à 4% du chiffre d'affaires mondial d'une société.

«Très peu seront en conformité en 2018»

Le RGPD doit entrer en vigueur en mai 2018 dans tous les pays de l'Union européenne. Pourtant, 42% d'entreprises françaises disent «prendre tout juste conscience» du sujet, d'après une étude réalisée par IDC France, là encore réalisée pour le Syntec Numérique. Seules 9% d'entre elles considèrent être déjà en conformité avec ces nouvelles règles. La moitié d'entre elles (50%) assurent qu'elles (...) Lire la suite sur Figaro.fr

Le grand chantier des données personnelles 
Paul Ohm: «Protéger les données ne veut pas dire protéger la vie privée» 
Les Français inquiets du sort réservé à leurs données personnelles 
Face à l'hégémonie des géants de la tech, l'Europe durcit la régulation de l'économie des données 
Données personnelles: des milliers d'employés s'activent chez les Gafam 
Inscrivez-vous à la newsletter du Figaro

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages