Données personnelles : le clash Apple-Facebook s'intensifie

·2 min de lecture

Jeudi, à l'occasion de la journée internationale de la protection des données, le P-DG d'Apple, Tim Cook, a prononcé un discours dans lequel il ancre fermement la stratégie de son entreprise en opposition à celle des réseaux sociaux, en particulier Facebook.

Apple ne recule pas face à Facebook. L'entreprise américaine a bien l'intention de déployer prochainement l'«app tracking transparency» («transparence sur le pistage par les applications») sur son système d'exploitation iOS, notamment utilisé sur les smartphones iPhone. Cette nouvelle fonctionnalité, dont l'activation a déjà été décalée face aux réticences des développeurs d'applications, permettra aux utilisateurs de choisir d'activer ou non le pistage à des fins publicitaires. Une option vivement dénoncée par Facebook, dont les différents réseaux sociaux utilisent massivement les données personnelles de leurs utilisateurs pour proposer de la publicité ciblée. La firme fondée par Mark Zuckerberg a même acheté des pages de publicités dans plusieurs grands journaux américains, mi-décembre, en affirmant «s'opposer à Apple pour défendre les petites entreprises». En privant les entreprises de la possibilité de cibler finement les utilisateurs de Facebook, Apple serait l'ennemi des PME, selon Facebook. L'argument n'a pas fait bouger Apple, qui jure protéger avant tout la vie privée de ses clients. Le choc entre les deux modèles est inévitable.

S'exprimant jeudi à la conférence Computers privacy and data protection (CPDP) à l'occasion de la journée internationale de la protection des données, le P-DG d'Apple Tim Cook a enfoncé le clou. «La technologie n'a pas besoin, pour réussir, d'immenses stocks de données personnelles accolées par des dizaines de sites web et d'applications. La publicité a existé et prospéré sans cela des décennies durant. Et si nous en sommes là aujourd'hui, c'est parce que le chemin le plus facile est rarement celui de la sagesse», a lancé le patron de la firme à la pomme. «Si une entreprise est(...)


Lire la suite sur Paris Match