Fuite des données médicales de 500.000 Français : une enquête est ouverte

·2 min de lecture

Il s'agit, selon le journal Libération, de la plus grosse fuite de données de santé jamais constatée en France. Un fichier comportant des données médicales sensibles appartenant à près de 500.000 personnes en France circule sur internet, informent le quotidien ainsi que le blog spécialisé en cybersécurité Zataz, mardi 23 février. Le fichier comporte 491.840 noms associés à des coordonnées (adresse postale, téléphone, email) et un numéro de sécurité sociale. Ils sont parfois accompagnés d'indications sur le groupe sanguin, le médecin traitant ou la mutuelle, ou encore de commentaires sur l'état de santé (dont une éventuelle grossesse), des traitements médicamenteux, ou des pathologies (notamment le VIH). "La fuite de données est en cours d'investigation par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi), le Ministère des Solidarités et de la Santé, en lien avec la Cnil et l'éditeur de logiciel, dont il est suspecté que des anciennes installations de sa solution de gestion de laboratoire soient impliquées", a indiqué mercredi soir à l'Agence France-Presse la Direction générale de la santé.

Selon la rubrique de vérification Checknews du quotidien Libération, qui a enquêté sur le sujet, les données proviendraient d'une trentaine de laboratoires de biologie médicale, situés pour l'essentiel dans le quart nord-ouest de la France. Elles correspondent selon le journal à des prélèvements effectués entre 2015 et octobre 2020, une période qui coïncide pour les laboratoires interrogés avec l'utilisation d'un même logiciel de saisie de renseignements médico-administratifs édité par le groupe Dedalus. "Nous n’avons aucune certitude quant au fait que ce soit uniquement un logiciel Dedalus France qui est en cause dans cette affaire", a réagi auprès de l'Agence France-Presse le directeur général délégué Didier Neyrat.

"On peut retrouver ce fichier à sept endroits différents sur internet", a indiqué de son côté à l'Agence France-Presse Damien Bancal, journaliste spécialiste (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Une Renault 4L de 1981 flashée à… 141 km/h dans la Creuse
Le maire de Valloire prétend donner le numéro de Jean Castex aux vacanciers mécontents
Chômage partiel : un réseau d’escroquerie démantelé dans le sud-est
Côtes-d’Armor : les permis de construire bloqués dans 18 communes
Cette toxine qui pourrait endommager l’ADN chez des patients souffrant d’infections urinaires