"Ils ont tout donné, jusqu'à leur vie": l'hommage de la Nation aux trois gendarmes tués

Justine Chevalier
·3 min de lecture
Un hommage national a été rendu à Ambert, dans le Puy-de-Dôme, aux trois gendarmes tués en mission dans la nuit du 22 au 23 décembre.  - BFMTV
Un hommage national a été rendu à Ambert, dans le Puy-de-Dôme, aux trois gendarmes tués en mission dans la nuit du 22 au 23 décembre. - BFMTV

"Aujourd'hui ici à Ambert comme à Saint-Just, comme dans tout le Puy-de-Dôme, comme dans tout le pays, l'émotion est immense." Au cours d'une cérémonie à Ambert, le ministre de l'Intérieur Géralrd Darmanin, en présence de la ministre des Armées Florence Parly et du général d’armée Christian Rodriguez, directeur général de la gendarmerie nationale, a rendu hommage aux trois gendarmes tués la semaine dernière en mission dans le Puy-de-Dôme.

"L'année 2020 s'achève dans la peine et le chagrin, jusqu'au bout elle nous aura meurtris", a déploré le ministre.

"Ils ont donné leur vie"

Le Lieutenant Cyrille Morel, 45 ans, l'adjudant Rémi Dupuis, 37 ans et le Brigadier Arno Mavel, 21 ans, sont morts dans la nuit du 22 au 23 décembre lors d'une intervention à Saint-Just. Ils avaient été appelés pour secourir une femme, réfugiée sur le toit de sa maison en feu, victime de violences conjugales. Son compagnon a tiré sur les gendarmes, les blessant mortellement. Gérald Darmanin, devant notamment la compagnie de gendarmerie d'Ambert à laquelle appartenaient les trois militaires, a assuré que ces derniers avaient fait "honneur à la République".

"Ils ont tout donné, jusqu'à leur vie, pour accomplir leur mission", a insisté le ministre de l'Intérieur. (...) "Ils ont donné leur vie, mais ils ne l'ont pas fait en vain. Ils ont sauvé la vie de cette femme. Si la victime est aujourd'hui saine et sauve, c'est grâce à eux tout simplement. Ils ont fait ce qu'il fallait faire."

"Des héros"

Au cours de cette cérémonie, les honneurs militaires ont été rendus à Cyrille Morel, Rémi Dupuis et Arno Mavel. A titre posthume, ils ont été décorés de la Légion d'honneur. Les trois gendarmes ont également reçu la médaille de la Sécurité Intérieure, ainsi que la médaille de la gendarmerie nationale, la ministre des Armées a conféré la médaille militaire à deux des trois gendarmes. Un peu plus tôt, l'adjudant-chef Bertrand Boyon, blessé au cours de cette intervention, a également été fait chevalier de la Légion d'honneur.

"Messieurs, vous étiez tout simplement des héros", a martelé le locataire du ministère de la place Beauvau.

"Toute intervention peut basculer dans le drame"

Gérald Darmanin, devant une foule d'anonymes venus eux-aussi rendre hommage aux trois militaires, a également salué le travail de l'ensemble des gendarmes, mais aussi des policiers, alors que 30 hommes et femmes sont blessés chaque jour en mission. Le ministre a rappelé que le risque zéro n'existait pas. "Il n'y pas d'appels banals, toute intervention peut basculer dans le drame", a rappelé le ministre de l'Intérieur, assurant que "l'immense majorité des Français soutiennent, encouragent, aiment leurs actions."

"Nos gendarmes, nos policiers, militaires, pompiers sont des filles et des fils du peuple", a-t-il conclu. "Respecter les forces de l'ordre, les protéger, n'est pas une option. Gendarme, policier, militaire, pompier, n'est pas un métier anodin, c'est le plus beau d'entre tous."

Article original publié sur BFMTV.com