Donel Jack’sman, il fait rire et il fait mouche

Si vous n’avez jamais vu une salle emballée d’avance, il faut absolument venir voir un spectacle de cet humoriste follement séduisant. La première fois pour moi, c’était fin juin dernier, à La Scala à Paris, là où actuellement Carole Bouquet joue «Bérénice». Avec Donel, on est aux antipodes de Racine, c’est le charme de ce théâtre dont la programmation n’est pas sectaire. De fait, sans passer par la case James Bond Girl (Boy peut-être ?) Donel pourrait bien acquérir la même célébrité que cette beauté brune. Bon, il faut qu’il se dépêche, il a déjà 41 ans. Mais une solide expérience : Donel Jacks’man se produit sur scène depuis 2007, l’année où il reçoit le prix du meilleur one-man-show décerné par le cours Florent (dont il est diplômé). Il a raflé quantité de distinctions ensuite : en France, au Québec, au Cameroun (ses origines), à Marrakech (du rire). Là, il présente son deuxième spectacle, «Ensemble». Et ça le résume bien. Ce mec force la convivialité, le plaisir d’être ensemble.