Dondi, pionnier du graffiti new-yorkais, objet d'une rare exposition à Marseille

Laure Narlian (avec AFP)
Dondi est un des pionniers du graffiti new-yorkais. Une véritable légende, qui a commencé en peignant les rames et les couloirs du métro, avant d'être l'un des tout premiers street artists à être exposé dans les galeries d'art. Cet artiste influent mort en 1998 des suites du sida, est célébré dans une rare exposition à la toute jeune galerie Ghost de Marseille jusqu'au 10 mai.

Du "Subway art" aux galeries d'art

Né en 1961 à New York, cadet d'une fratrie de 5 garçons, Donald Joseph White a à peine une douzaine d'années quand il commence à tagger dans les rues de la Grosse Pomme, et principalement sur les rames et dans les couloirs du métro - il pratique ce qu'on appelle depuis le "subway art".

Son style de lettrage, encore utilisé aujourd'hui, est simple et clair. Son but : que son travail soit intelligible, qu'il puisse être lu et reconnu. "Je veux que les gens voient (mon travail). Et je veux en influencer d'autres", disait-il dans cette vidéo. Son oeuvre la plus connue est "Children of the grave" part 1, 2 and 3, trois rames entières du métro de New York peintes entre 1978 et 1980.

Au début des années 1980, peindre dans le métro étant devenu dangereux et difficile, il se met à peindre sur toile. Son travail évolue mais demeure sans compromis. Il touche une nouvelle audience. Dondi fera ainsi partie de la première génération de "street artists" - même si lui-même préférait se dire simplement "artiste" -  à faire son entrée dans les galeries d'art et les musées. En 1982, il participe au film des débuts du hip-hop, "Wild Style".

Toiles, dessins, collages et photos à la galerie Ghost

Sur les murs de la toute nouvelle galerie Ghost, on peut admirer toiles, dessins, collages de l'artiste. Beaucoup de photos également, clichés de famille ou grands tirages de Martha Cooper, Henry Chalfant et Sophie Bramly, trois des photographes qui ont le plus documenté les débuts du graffiti à New York. Le tout raconte la vie artistique de Dondi, mort il y a tout juste 20 ans du sida.


Sur un cliché, Dondi, tout jeune enfant, pose avec ses frères. Sur un autre, jeune homme, il peint une rame de métro. Sur un troisième, en énormes lettres multicolores, son "alias" s'affiche sur un wagon entier. Sur d'autres, il s'affiche aux côtés de la galeriste américaine Patti Astor devant Jean-Michel Basquiat, ou bien il s'amuse avec Keith Haring.

13 (...)

Lire la suite sur Culturebox.fr



Destruction de graffitis: des street-artistes indemnisés 6,7 millions de dollars
Les graffitis de Lyon se découvrent en promenades thématiques
L'Aérosol : nouveau temple éphémère du street art et du graff à Paris
Street Art City : un ancien site industriel devenu le paradis des graffeurs
JonOne, icône du graff, accueilli comme une rockstar à Montpellier