Donald Tusk entendu par la justice

Libération.fr

Le président du Conseil européen Donald Tusk est entendu ce mercredi à Varsovie par le parquet qui doit l'interroger comme témoin dans le cadre d'une enquête visant deux généraux, anciens chefs du contre-espionnage militaire.

«Donald Tusk ! Donald Tusk», scandaient des centaines de ses partisans quand le train avec le président du Conseil européen entrait dans la Gare centrale de Varsovie, où il s'est rendu pour être entendu par le parquet comme témoin. «Le but du PiS (Droit et Justice, parti conservateur au pouvoir, ndlr) est de le traîner devant les tribunaux pour l’abaisser. Mais il est trop grand pour eux, et nous, on est avec lui», s’exclame une retraitée, venue spécialement pour l’accueillir, comme d’autres Varsoviens qui ont apporté des fleurs, des drapeaux européens, et même du vin.

Les adversaires n’ont pas manqué le rendez-vous eux non plus. Mobilisés par le journal nationaliste Gazeta Polska, proche du PiS, ils ont brandi des affiches représentant Tusk en uniforme de prisonnier, car selon eux, sa place est derrière les barreaux. Ils accusent l’ancien Premier ministre libéral d’avoir conclu un pacte avec le président russe Vladimir Poutine pour éliminer le 10 avril 2010, à Smolensk, leur président Lech Kaczynski, cofondateur avec son frère jumeau Jaroslaw du PiS aujourd’hui au pouvoir, dans un crash d’avion qui a coûté la vie à 95 personnes. 

Les généraux Janusz Nosek et Piotr Pytel sont accusés d’avoir «outrepassé leurs compétences en engageant une collaboration avec un service d’un Etat étranger sans avoir l’accord du président du Conseil des ministres comme l’exige la loi» sur les services de renseignement. Il s’agirait d’un accord conclu avec le FSB (ex-KGB) stipulant que les deux parties collaboreront contre les menaces visant l’une ou l’autre d’entre elles. 

«C’est ridicule. L’affaire dans laquelle Tusk est interrogé est simplement inventée, explique Krzysztof Krol, un ancien dissident anticommuniste. Le parquet dispose d’autres moyens (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Gréve de la faim: les Palestiniens mettent en garde Israël
La CIJ rejette la demande de Kiev de stopper le soutien russe aux rebelles
Attaque «chimique»: Paris apportera «la preuve» que Damas est responsable
Turquie: l’Autorité électorale rejette les recours contre le référendum
Les «charter schools», des écoles «autonomes» encouragées par Trump

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages