Quand Donald Trump suggérait de «tirer dans les jambes» des manifestants antiracistes

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Dans un livre à paraître le 10 mai sur les derniers mois de la présidence Trump, son auteur Mark Esper, éphémère secrétaire à la Défense, révèle que l’ancien président a suggéré de tirer sur les participants aux manifestations qui ont suivi la mort de George Floyd.

Avec notre correspondant à Washington, Guillaume Naudin

« Ne pouvez-vous pas simplement leur tirer dessus ? Leur tirer dans les jambes ou quelque chose comme ça ? » C’est la suggestion de Donald Trump alors que des manifestations ont lieu autour de la Maison Blanche en juin 2020.

Comme ailleurs dans le pays, les protestataires manifestent après la mort de l’Afro-Américain George Floyd à Minneapolis au terme d’une agonie qui aura duré 8 minutes sous le genou d’un policier condamné depuis.

Mark Esper, qui a été ministre de la défense entre juillet 2019 et novembre 2020, le rapporte dans un livre intitulé Un serment sacré, dont le média en ligne Axios s’est procuré les bonnes feuilles. Il décrit un président rouge de colère, assis sur son bureau et qui se plaint des manifestants d’une voix forte. Mark Esper avait refusé de déployer l’armée, ce qui avait fâché le président qui allait le limoger quelques mois plus tard.

Le contexte, selon Mark Esper, était « surréaliste », écrit-il dans ses mémoires à paraître le 10 mai aux États-Unis. « La bonne nouvelle : cela n'a pas été une décision difficile » de ne pas suivre l'idée lancée par le président républicain, poursuit-il. « La mauvaise : je devais faire en sorte que Trump fasse machine arrière sans créer le bazar que je cherchais à éviter ».

Dans un livre paru en 2021, le journaliste Michael Bender avait aussi évoqué cet épisode, décrivant un Donald Trump qui demandait qu’on fracasse le crâne des manifestants. En public, le président avait écrit sur son réseau social préféré : « Quand les pillages commencent, les tirs commencent ».

VIDÉO - Donald Trump ne reviendra pas sur Twitter malgré son rachat par Elon Musk

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles