Donald Trump quitte la Maison Blanche : "Ce furent quatre années extraordinaires"

·4 min de lecture

Quelques heures avant le début de la cérémonie d'investiture de Joe Biden, le président sortant Donald Trump a quitté la Maison Blanche, mercredi, ouvrant la voie à une nouvelle ère pour les États-Unis. Depuis la base militaire d'Andrews, il a exprimé sa gratitude après "quatre années extraordinaires" passées à la Maison Blanche.

C'est un jour historique pour les États-Unis. Le président sortant Donald Trump a quitté la Maison Blanche le matin du mercredi 20 janvier, à quelques heures de la fin de son mandat, sans avoir accueilli son successeur Joe Biden, qui a prêté serment en milieu de journée, devenant ainsi le 46e président américain.

L'hélicoptère présidentiel Marine One transportant Donald et Melania Trump s'est envolé peu après 8 h 15 (13 h 15 GMT) depuis les jardins de la Maison Blanche pour gagner la base aérienne d'Andrews, dans le Maryland.

>> En direct : Joe Biden devient le 46e président des États-Unis

Prononçant seulement quelques mots, le président sortant a alors évoqué un mandat "fantastique de quatre ans", représentant "l'honneur d'une vie".

"Je reviendrai d'une manière ou d'une autre"

Après avoir souhaité "bonne chance" à la nouvelle administration, il a promis de revenir "d'une manière ou d'une autre".

L'ex-président est ensuite arrivé en Floride par un ultime vol dans Air Force One à bord duquel avaient pris place sa femme, Melania, leur fils, Barron ainsi que les enfants de Donald Trump, Ivanka, Donald Jr et Eric.

Le milliardaire est arrivé en voiture à Palm Beach, escorté par une trentaine de voitures dont une transportant l'officier militaire détenant la fameuse valise contenant les codes nucléaires. Elle a été désactivée au moment de la prestation de serment de Joe Biden, à midi pile. Le président sortant, qui n'a fait aucun commentaire aux journalistes au cours du vol, a été accueilli par une foule favorable.

C'est dans sa résidence de luxe de Mar-a-Lago, en Floride, que Donald Trump a entamé, mercredi, sa vie d'ex-président, loin des projecteurs braqués cette fois sur l'investiture de Joe Biden.

Contrairement à l'usage, Donald Trump n'a pas assisté à la cérémonie du 46e président des États-Unis. Une première dans le pays depuis 150 ans.

Joe Biden, qui est devenu à 78 ans le président le plus âgé de l'histoire des États-Unis, a prêté serment peu après midi (17 h GMT) sur les marches du Capitole, main droite levée devant le président de la Cour suprême, John Roberts, main gauche sur un exemplaire de la Bible que sa famille, catholique, possède depuis plus d'un siècle.

La vice-présidente élue Kamala Harris, fille d'immigrants jamaïcain et indien, a, elle, prêté serment quelques minutes auparavant devant Sonia Sotomayor, la première magistrate d'origine hispanique de la Cour suprême.

La cérémonie a eu lieu devant un Capitole barricadé, deux semaines après l'attaque du bâtiment par des centaines de partisans de Donald Trump qui tentaient d'empêcher la validation définitive par le Congrès de la victoire de Joe Biden à l'élection présidentielle du 3 novembre.

Une cérémonie sous haute surveillance

Quelque 25 000 membres de la Garde nationale ont été mobilisés pour assurer la sécurité de la capitale fédérale. L'esplanade du National Mall, fermée au public alors qu'elle accueille traditionnellement des dizaines de milliers d'Américains lors des cérémonies de passation de pouvoirs, a été recouverte d'environ 200 000 drapeaux américains et 56 lanternes censées représenter les États et territoires américains.

Désormais investi, Joe Biden a promis de signer 17 décrets dès mercredi pour revenir sur certaines mesures prises par Donald Trump, affirmant ainsi ses premières priorités, la lutte contre le coronavirus et le changement climatique, ont annoncé ses conseillers.

>> À lire aussi : Trump s'en va, Biden arrive : l'Amérique ouvre un nouveau chapitre

Soucieux d'afficher l'unité retrouvée du pays après les quatre années tumultueuses de la présidence Trump, l'ancien vice-président de Barack Obama a invité le chef de la majorité républicaine au Sénat, Mitch McConnell, et le chef de la minorité républicaine à la Chambre des représentants, Kevin McCarthy, lors de la messe à laquelle il a assisté dans la matinée.

Le vice-président sortant Mike Pence, les ex-présidents George W. Bush, Barack Obama et Bill Clinton, ainsi que McCarthy et McConnell ont assisté à la cérémonie d'investiture.

Donald Trump, de plus en plus isolé dans les derniers jours de son mandat, n'a toujours pas formellement reconnu sa défaite à la présidentielle.

Avec AFP et Reuters