Donald Trump : la piste écossaise pour ne pas assister à l'investiture de Joe Biden ?

·2 min de lecture

Selon le «Sunday Post», un avion correspondant à celui qu'utilise Donald Trump pour se rendre en Écosse a prévu d'atterrir près d'un golf Trump le 19 janvier, à la veille de l'investiture de Joe Biden.

Donald Trump quitterait-il les États-Unis pour ne pas assister à l'investiture de Joe Biden ? C'est une possibilité, selon le «Sunday Post». Le journal écossais a révélé que l'atterrissage d'un Boeing 757 militaire, parfois utilisé par le président sortant, était prévu à l'aéroport de Prestwick, le 19 janvier. En novembre dernier, des avions américains ont effectué un vol de reconnaissance au-dessus de Turnberry, où se situe un club de golf de la Trump Organization, ouvrant les spéculations : Donald Trump pourrait avoir prévu un séjour en Écosse pour éviter d'assister à la prestation de serment de son ancien adversaire Joe Biden.

Interrogé fin novembre, trois semaines après l'annonce de la victoire de Joe Biden, Donald Trump avait refusé de dire s'il assisterait à l'investiture de son successeur, comme il est de tradition : «J'ai ma réponse mais je ne veux pas la donner pour l'instant. Il s'est passé une chose sans précédent, les gens sont peut-être passés à côté mais pas nous. Nous avons trouvé des centaines de milliers de votes... quand ils n'autorisent pas un scrutateur, qui est une personne sacrée dans notre pays et les gens ne savent pas ce qu'est un scrutateur, un scrutateur est considéré comme sacré dans notre pays, quand ils les font sortir des pièces.»

Deux mois plus tard, à 15 jours de la prestation de serment de Joe Biden, Donald Trump crie toujours à la fraude électorale et n'admet toujours pas sa défaite, malgré le vote du collège électoral. Il avait promis de quitter la Maison-Blanche en cas de défaite au collège électoral, mais avait estimé que les grands électeurs «feraient une erreur» en cas de victoire du démocrate : «Cette élection était frauduleuse. Ça donne Biden battant Obama et les votes(...)

Lire la suite sur Paris Match

Ce contenu peut également vous intéresser :