Donald Trump offre à ses alliés de nouvelles grâces controversées

·2 min de lecture

Donald Trump a accordé mercredi une nouvelle salve de grâces présidentielles controversées, qui ont provoqué l'indignation jusque dans son propre camp.

Des personnalités mises en cause dans l'enquête russe, le père de son gendre et conseiller Jared Kushner... Donald Trump a accordé mercredi une nouvelle salve de grâces présidentielles controversées, qui ont provoqué l'indignation jusque dans son propre camp. La Maison Blanche a dévoilé dans la soirée une liste de près de trente grâces et autres mesures de clémence.

Parmi les bénéficiaires figurent Paul Manafort, ex-directeur de campagne de Donald Trump en 2016 et son ancien conseiller Roger Stone: deux personnalités mises en cause dans l'enquête sur l'ingérence russe dans la présidentielle américaine, lors de laquelle Trump avait été élu. "Les mots sont insuffisants pour exprimer toute notre reconnaissance", a salué Paul Manafort sur Twitter. Ce dernier purgeait une peine de sept ans et demi de prison pour diverses fraudes débusquées dans le cadre de l'enquête du procureur Mueller, deux années d'investigation sur une possible collusion entre la Russie et l'équipe Trump. Il avait été placé en résidence surveillée en mai en raison de l'épidémie de coronavirus.

"Bande de criminels"

Mais Donald Trump a aussitôt été accusé de recourir - une fois de plus - de façon abusive au droit de grâce: fin novembre, il avait déjà gracié Michael Flynn, son ancien conseiller à la sécurité nationale, également mis en cause dans la même affaire russe. "Pourri jusqu'à la moelle", a fustigé le sénateur Ben Sasse, un républicain. "Trump vient de gracier une autre bande de criminels de son gang", a dénoncé l'élu démocrate du Texas Lloyd Doggett sur Twitter.

Le père de Jared Kushner, son jeune gendre et conseiller, figure aussi dans la liste publiée mercredi par l'exécutif américain. Charles Kushner avait été condamné en 2004 à deux ans de(...)


Lire la suite sur Paris Match