Donald Trump n'est toujours pas autorisé à revenir sur Twitter par la justice américaine

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Tayfun Coskun / ANADOLU AGENCY / Anadolu Agency via AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Le retour de Donald Trump sur Twitter , ce n'est pas pour tout de suite. Un tribunal californien a jugé vendredi une plainte de l'ancien président des États-Unis contre Twitter non recevable : il voulait pouvoir revenir sur le réseau social dont il a été banni pour incitation à la violence en janvier 2021, au moment de l'assaut du Capitole par ses partisans. Donald Trump accusait Twitter de "censure", avec comme argument pour s'opposer à la fermeture de son compte la liberté d'expression, garantie par la Constitution américaine.

Twitter n'est pas concerné par la Constitution américaine

"Les plaignants ne sont pas en position de force", explique le juge californien James Donato, car "Twitter est une entreprise privée, et 'le Premier amendement ne s'applique qu'aux restrictions à la parole imposées par le gouvernement'". Le règlement de la plateforme "donne la permission contractuelle à Twitter d'agir comme il le souhaite pour n'importe quel compte ou contenu, quelle que soit la raison, et même sans raison", ajoute-t-il.

>> Retrouvez Philippe Vandel et Culture-Médias tous les jours de 9h à 11h sur Europe 1 ainsi qu'en replay et en podcast ici

Avant d'être évincé de Twitter, l'ancien chef d'État y comptait quelque 89 millions d'abonnés. Il s'adressait à eux tous les jours, alternant annonces présidentielles et attaques contre ses ennemis politiques. Donald Trump demandait aussi au tribunal de déclarer inconstitutionnelle la Section 230, une loi de 1996 qui protège les...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles