Donald Trump jugé mardi au Sénat pour l'assaut sur le Capitole

Source AFP
·1 min de lecture
Même si Donald Trump garde une base de fervents partisans, l'attaque sur le Capitole a érodé sa popularité (illustration).
Même si Donald Trump garde une base de fervents partisans, l'attaque sur le Capitole a érodé sa popularité (illustration).

Un an après un premier procès en destitution historique, Donald Trump se retrouvera à nouveau mardi 9 février en position d'accusé au Sénat, dont les élus devront dire s'il a encouragé l'assaut meurtrier sur le Capitole. Pour le condamner en son absence, il faudra un vote rassemblant les deux tiers des 100 membres du Sénat, ce qui rend probable son acquittement.

La violence de l'attaque, le 6 janvier, au moment où les élus certifiaient la victoire de Joe Biden à la présidentielle, a suscité un tel effroi que les démocrates ont réactivé la procédure de destitution, même si le mandat de Donald Trump touchait à sa fin. Dès le 13, la Chambre des représentants, contrôlée par les démocrates, l'a mis en accusation pour « incitation à l'insurrection », un second « impeachment » le marquant à nouveau du sceau de l'infamie, ce qui n'est arrivé à aucun autre président avant lui. Aucun non plus n'a été jugé après avoir quitté le pouvoir.

À LIRE AUSSIPhébé ? Pourquoi le populisme ne détruira pas la démocratie

« Dissuader les prochains présidents »

Le milliardaire républicain et ses alliés s'appuient d'ailleurs sur son départ de la Maison-Blanche, le 20 janvier, pour soutenir que le procès est contraire à la Constitution : les sénateurs peuvent, selon eux, démettre un président en exercice, mais pas juger un simple citoyen. L'accusation démocrate rétorque qu'un ancien ministre a déjà été jugé dans ce cadre, et qu'il faut condamner Donald Trump pour le rendre inéligible et p [...] Lire la suite