Donald Trump : cette escroquerie tout juste démasquée

·1 min de lecture

Donald Trump a-t-il usé d’une tactique frauduleuse en ligne, pour soutirer des millions de dollars à ses partisans, pendant sa campagne électorale, en 2020 ? C’est, en tout cas, ce qu’affirme un rapport du New York Times, publié ce samedi 3 avril. Afin d’augmenter les revenus de la campagne Trump et de la société à but lucratif qui traitait ces dons en ligne, WinRed, un programme de dons réguliers avait été mis en place, en mars 2020. Seule une case, cochée par défaut sur le site, avait informé les donateurs de ces contributions mensuelles. Cette condition a été modifiée en septembre 2020, afin de les rendre hebdomadaires. Problème, bon nombre d’entre eux ne s’en étaient pas rendus compte.

Comme des dizaines de personnes, un homme de Kansas City, atteint d’un cancer en phase terminale, a été victime de cette supercherie. Dans un élan de générosité, le malade en soins palliatifs, décédé en février dernier, a versé toutes ses économies. Il a ainsi donné 500 dollars, environ 425 euros, dans une seule contribution. Trente jours plus tard, le partisan de Donald Trump s'est étrangement retrouvé à découvert. Au total, plus de 3 000 euros lui ont été prélevés. Finalement, une grande partie de l’argent récolté, grâce à ce système de contributions régulières, a été remboursée aux donateurs, a précisé le journal américain. Un porte-parole de l’ancien président des États-Unis, Jason Miller, a rapporté le nombre de 200 000 contestations, ce qui équivaut à 19,7 millions de dollars (16,7 millions (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Donald Trump Jr. : spa, piscine de rêve, chambres de luxe, découvrez sa villa à 8 millions d'euros
"Un assassinat programmé" : Sheila revient sur cette rumeur qui l'a tant fait souffrir
"Méprisant, irrespectueux": Richard Berry et Nagui, cette querelle qui ne date pas d'hier
Donald Trump milliardaire : cette somme improbable qu'il doit à son garde du corps…
Meghan Markle : cette experte royale qui l'accuse de jouer un peu trop "la carte de la race"