Donald Trump, ennemi climatique numéro 1

Libération.fr

Alors que l’Amérique d’Obama faisait figure de leader dans la lutte contre le réchauffement, son successeur s’applique à réduire à néant les efforts passés. Ironie du sort, au même moment, d’autres gros pollueurs comme la Chine et l’Inde investissent dans les énergies renouvelables.

Dès 2014, Donald Trump s’insurgeait, dans un de ses tweets frénétiques, de «la guerre contre le charbon menée par Obama» qui, selon lui, tuait «des milliers d’emplois américains». Aujourd’hui président, il est bien décidé à mener son propre combat pour relancer coûte que coûte l’industrie la plus polluante. Mardi, c’est le Clean Power Plan, mesure phare du précédent dirigeant, qui partait en fumée via la signature d’un décret procharbon pour «l’indépendance énergétique». Le programme d’Obama imposait aux centrales à charbon de réduire d’ici 2030 leurs émissions de dioxyde de carbone (CO2) de 32 % par rapport au niveau de 2005, et promouvait le développement des énergies renouvelables. Il se serait traduit, à terme, par la fermeture des centrales les plus polluantes et vétustes. Près d’une trentaine d’Etats, très dépendants du charbon et d’industriels, avaient saisi la Cour suprême sur la légalité du Clean Power Plan. Surprise, en février 2016, la plus haute juridiction des Etats-Unis décidait de le suspendre temporairement. L’affaire est aujourd’hui pendante devant la Cour d’appel fédérale du circuit («juridiction») de Washington.

Déclin. Trump, lui, ne jure que par le «beau charbon propre» qui, promet-il, redonnera du travail aux «fantastiques» mineurs et préservera l’indépendance énergétique du pays. «Nous pouvons être à la fois proemplois et proenvironnement», ajoute, sans rire, Scott Pruitt, le patron de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA), qui n’en a désormais plus que le nom. Les climatosceptiques s’appuient sur les résultats d’une étude datant de 2015, du Nera Economic Consulting, qui concluait que cette réglementation «coûterait jusqu’à 39 milliards de (...) Lire la suite sur Liberation.fr

Trump peut-il être attaqué en justice ?
«Il va ostensiblement aggraver la situation, c’est un crime»
Suicidaire
La Chine, nouvelle place verte
Solaire : l’Inde, un pays COP-modèle

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages