Donald Trump a demandé de "trouver" des bulletins de vote favorables en Géorgie

·2 min de lecture

Un appel accablant.  Le président américain Donald Trump, qui refuse toujours de concéder sa défaite, a tenté, lors d'une longue conversation téléphonique, de rallier à sa cause Brad Raffensperger, l'élu républicain en charge des élections en Géorgie. 

Donald Trump a demandé samedi à un haut responsable de "trouver" les bulletins de vote nécessaires pour annuler sa défaite dans l'Etat de Géorgie, au cours d'un appel stupéfiant diffusé dimanche par le Washington Post. Le président américain, qui refuse toujours de concéder sa défaite à la présidentielle du 3 novembre, a tenté, lors d'une longue conversation téléphonique, de rallier à sa cause Brad Raffensperger, l'élu républicain en charge des élections dans cet Etat, en alternant pressions et cajoleries.

"Il n'y a pas de mal à dire que vous avez recalculé", lui a-t-il notamment déclaré, selon un enregistrement de la discussion réalisé à son insu et rendu public par le Washington Post, puis d'autres médias.

"Tout ce que je veux, c'est trouver 11.780 bulletins (...) parce que nous avons gagné cet Etat", a-t-il justifié, alors que la victoire du démocrate Joe Biden en Géorgie avec environ 12.000 voix d'écart a été confirmée par un recomptage et des audits.

Une onde de choc

Invoquant des "rumeurs" de fraudes, Donald Trump a jugé, d'une voix étranglée par l'émotion, "injuste que l'élection (lui) ait été volée". "Vous savez ce qu'ils ont fait et vous n'en parlez pas: c'est un délit, vous ne pouvez pas laisser ça avoir lieu, c'est un gros risque pour vous", a-t-il ajouté, menaçant. Brad Raffensberger, qui était accompagné d'un avocat de l'Etat, n'a pas cédé. "Nous pensons que nos chiffres sont bons", a-t-il sobrement rétorqué.

La diffusion de cet enregistrement, que la Maison Blanche n'a pas souhaité commenter, a immédiatement suscité une onde de choc à Washington. "Le mépris de Trump pour la démocratie est mis à nu", a notamment commenté l'élu démocrate Adam Schiff, en jugeant ses pressions "potentiellement répréhensibles".(...)


Lire la suite sur Paris Match