Avec Donald Trump, la culture boit le bouillon comme jamais

Libération.fr

La Maison Blanche prévoit des coupes drastiques dans le budget culturel pour 2018, dont la suppression des subventions qui soutiennent des milliers de projets.

Des cours de danse dans une école de la banlieue de Los Angeles, des concerts gratuits de jazz dans les quartiers défavorisés de Des Moines (Iowa), un théâtre pour enfants dans le Montana : tous ces projets culturels - et des milliers d’autres - bénéficient de subventions fédérales. Leur avenir pourrait être menacé si, comme le souhaite Donald Trump, le Fonds national pour les arts (NEA) venait à disparaître. Jeudi, la Maison Blanche a publié le projet de budget du Président pour 2018. Il prévoit une explosion des dépenses militaires et sécuritaires, compensée par des coupes drastiques dans tous les autres ministères et agences fédérales. La diplomatie, l’aide au développement, la protection de l’environnement et la recherche médicale verraient ainsi leurs ressources amputées de 20 à 30 %. Une vingtaine d’agences, dont le NEA mais aussi l’audiovisuel public et l’Institut des musées, verraient quant à elles leur budget purement et simplement supprimé.

Pressentie depuis plusieurs semaines, l’annonce a néanmoins médusé la communauté culturelle, prompte à rappeler que la contribution publique au domaine des arts est déjà extrêmement faible aux Etats-Unis. «Le budget du NEA est une goutte d’eau dans l’océan - 0,004 % des dépenses fédérales en 2016 - mais il est absolument essentiel pour les artistes, les associations artistiques et les communautés où elles s’investissent», souligne Kenneth Fisher, le président de la Société musicale de l’université du Michigan.

Fondé en 1965, le NEA a souvent été pris pour cible par les Républicains, qui lui reprochent de financer des activités culturelles trop marquées à gauche. Après l’élection de Ronald Reagan en 1980, certains membres de son administration avaient souhaité la suppression du NEA. Une position défendue également en 1994 par le président de la Chambre des (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Festival
Démission d’une responsable de l’ONU au sujet d’un rapport critique d’Israël
Entre la France et le Brésil, un pont pour rien ?
Trump: l’immigration est «un privilège, pas un droit»
Comme une bavure de l'aviation américaine près d'Alep : 50 morts

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages