Donald Trump : son coup de grâce aux Américains avant de quitter la Maison-Blanche

·1 min de lecture

Un plan de relance de 900 milliards de dollars, soit plus de 737 milliards d’euros, pourrait soulager l’économie américaine et éviter le désastre social et humain. Il a été voté in extremis par les parlementaires américains ce lundi 21 décembre, comme le rapporte le Daily Mail. Cette somme pharaonique pourrait venir en aide aux ménages et aux entreprises particulièrement affectés par la crise sanitaire. Problème, Donald Trump s’y oppose. Le président des États-Unis refuse formellement de le signer, tant que le montant des chèques envoyés aux familles ne sera pas augmenté.

C’est sur son compte Twitter que le milliardaire a fait part de sa condition. “Je demande au Congrès d'amender ce projet de loi et d'augmenter les ridiculement faibles 600 dollars à 2.000 dollars ou 4.000 dollars pour un couple”, a-t-il exigé. Avant d’ajouter : “Je demande également au Congrès de se débarrasser des éléments inutiles et coûteux de cette loi.” À ses yeux, ce plan de relance apparaît comme “une honte”. Et c’est là que le bât blesse. Ce projet de loi octroyant cette aide, tant attendue par les Américains, nécessite la signature de Donald Trump afin d’entrer en vigueur. Donc, en l’absence de son accord, quelques 14 millions d’Américains perdront leurs allocations chômage, comme le révèle Brookings Institute.

Depuis sa “Maison-Blanche d’hiver”, à Mar-a-Lago, en Floride, Donald Trump ne démord pas. Ce vendredi 25 décembre, celui qui refuse de signer la nouvelle législation en a rajouté une couche. “J’ai (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Louane dévoile une photo inédite de sa grossesse à terme et ça vaut le coup d'œil !
Marine Lorphelin : ce stress qui la hante, « je commence à faire des cauchemars »
Pierre Lescure et Catherine Deneuve : confidences sur leur «vraie vie de famille»
"Soyons fiers" : Emmanuel Macron vante le vaccin "la nouvelle arme contre le virus"
Meghan Markle et Harry, en panique, demandent la prolongation de l'accord Megxit