Donald Trump a encore 75 jours de présidence: et si c'était les pires?

S.V. Date
·.
·4 min de lecture
Battu par Joe Biden, Donald Trump doit quitter le pouvoir en janvier 2021. Il lui reste donc 75 jours dans la Maison Blanche. (Photo: Yegor Aleyev\TASS via Getty Images)
Battu par Joe Biden, Donald Trump doit quitter le pouvoir en janvier 2021. Il lui reste donc 75 jours dans la Maison Blanche. (Photo: Yegor Aleyev\TASS via Getty Images)

ÉTATS-UNIS - Alors que Donald Trump s’apprête à entamer les derniers jours de sa présidence -qui pourraient bien être les pires- les Américains s’inquiètent de ce que leur réserve un président qui proposait de tirer sur les migrants et d’utiliser les armes nucléaires contre les ouragans.

Aussi excessif, imprudent et irréfléchi qu’il ait pu se montrer jusqu’ici, ses critiques font remarquer qu’il était en période électorale, ce qui n’est plus cas. Battu par Joe Biden lors de cette présidentielle 2020, il n’a plus besoin de se modérer.

“Il fera tout son possible pour semer le désordre”, explique affirme Michael Cohen, l’ex-avocat personnel du président, jugé et condamné à trois ans de prison pour avoir notamment acheté, juste avant l’élection de 2016, le silence de femmes qui avaient eu des relations avec Donald Trump.

D’après lui, le président “s’exprimera à la télé, la radio et dans la presse pour se plaindre qu’on lui a volé ces élections à coup de fraudes et d’ingérence étrangère. Il ne reconnaîtra jamais qu’il doit sa défaite à son incompétence et son arrogance.”

Trump quittera la Maison Blanche le 20 janvier

Le gagnant, Joe Biden, doit prendre ses fonctions à midi le 20 janvier 2021, mais Donald Trump conserve ses prérogatives présidentielles pendant encore 75 jours, y compris son rôle de chef des forces armées et de l’arme nucléaire américaines.

Il a dit qu’il n’avait pas l’intention de faciliter la passation de pouvoir en raison de l’enquête du FBI sur l’aide russe dont il aurait bénéficié lors de la campagne de 2016, ce que le président qualifie d’“espionnage.”

“On en parle, de la transition que j’ai eue quand vous avez espionné ma campagne et quand vous avez essayé de faire tomber le président des États-Unis?” pestait-il encore la semaine dernière lors d’un meeting en Pennsylvanie.

La Maison Blanche a refusé toute demande de commentaire sur cette affaire.

"Soit il va virer Wray, Fauci et Haspel et faire des siennes, soit il va se tenir à carreau pour se faire bien voir. Ça sera intéressant à voir. Et c’est du 50-50." L’avis d’un conseiller de longue date de Donald Trump sur ses possibles actions dans les derniers jours de sa présidence

Sous couvert d’anonymat, un ex-haut fonctionnaire estime que les inquiétudes de Michael Cohen et consorts sont exagérées. “Je ne pense pas qu’il fera quoi que ce soit qui sorte de l’ordinaire”, commente-t-il à propos du président.

Mais un conseiller de longue date, qui préfère lui aussi garder l’anonymat, imagine tout à fait que Donald Trump exigera la démission d’Anthony Fauci, le spécialiste en maladies infectieuses du groupe de travail sur la pandémie de coronavirus. Il pourrait aussi congédier Christopher Wray, le directeur du FBI et Gina Haspel, la directrice de la CIA, qui l’ont contredit à plusieurs reprises. “Soit il va virer Wray, Fauci et Haspel et faire des siennes, soit il va se tenir à carreau pour se faire bien voir. Ça sera intéressant à voir. Et c’est du 50-50”, ajoute-t-il.

Et si Trump passait son temps au golf?

Ruth Ben-Ghiat, historienne et spécialiste des régimes autoritaristes à l’université de New York, est sûre que le président sortant “va se venger de ceux qui lui ont manqué de loyauté”. Daniel Goldman, ex-procureur fédéral qui a notamment été l’avocat des démocrates dans la procédure de destitution de Donald Trump, prévoit 11 semaines bien chargées pour le président et son équipe.

Selon lui, on peut s’attendre à “toutes sortes de décrets pour invalider d’autres réglementations de l’ère Obama, l’adoption en catimini de nouvelles réglementations, des tentatives d’intimider et de neutraliser différentes agences gouvernementales, et à ce qu’il utilise les leviers du pouvoir pour avancer les pions qui serviront ses intérêts financiers après la présidence. Sans oublier un nombre record de pardons présidentiels” pour ses complices.

Évidemment, les réglementations indûment rédigées et adoptées peuvent toujours être invalidées par un recours en justice. Même celles qui seront établies en bonne et due forme dans les derniers mois du gouvernement pourraient être rapidement abrogées par le nouveau Congrès, et tous ses décrets, immédiatement annulés par Joe Biden dès sa prise de fonction.

D’autres familiers de Donald Trump s’interrogent sur l’intérêt qu’il va manifester pour ses fonctions s’il perd les élections. Anthony Scaramucci, un vieil ami du président qui a brièvement servi de conseiller à la Maison-Blanche, résume en trois mots le programme le plus probable du dirigeant en fin de mandat: “Jouer au golf”. Ce qu’il faisait au moment où sa défaite a été annoncée au monde entier.

Cet article, publié sur Le HuffPost US, a été traduit par Valeriya Macogon pour Fast ForWord.

À voir également sur Le HuffPost: Après la victoire de Biden, cet ex-conseiller d’Obama n’a pu retenir ses larmes sur CNN

LIRE AUSSI

Les fans de Trump se déchaînent sur Rage Against The Machine, le guitariste du groupe s'étonne

Donald Trump est désormais le premier "loser" de Twitter

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.