Donald Trump échoue à démanteler l'Obamacare

Libération.fr
Hier à la Maison Blanche, le président américain accueillait des chauffeurs de camions et leurs patrons pour discuter de la couverture santé.

Donald Trump a essuyé une défaite personnelle retentissante au Congrès, où la majorité républicaine a été forcée de retirer un texte visant à abroger l'Obamacare.

Le coup de poker tenté par Donald Trump sur la réforme de la santé s’est soldé vendredi soir par un échec cinglant, avec l’abandon du projet de loi négocié ardemment depuis des jours. Après un premier report du vote prévu initialement jeudi soir à la Chambre des représentants, le président avait lancé un ultimatum aux élus de son camp : approuvez le projet de loi ou gardez Obamacare.

Donald Trump misait sur le fait que, placés au pied du mur, les élus républicains ne laisseraient pas passer l’opportunité d’abroger Obamacare, ce qu’ils promettent de faire depuis son adoption il y a sept ans. Il semblait aussi croire que sa propre majorité ne lui infligerait pas une lourde défaite politique et symbolique pour sa première réforme d’envergure.

Le président s’est donc trompé. Entré à la Maison Blanche en cultivant l’image d’un négociateur hors pair, capable de briser les blocages qui paralysent Washington depuis des années, Donald Trump essuie un échec qui pourrait marquer profondément la suite de son mandat. D’autant que ces derniers jours, le milliardaire s’est directement et activement impliqué dans les discussions, recevant plus d’une centaine d’élus à la Maison Blanche, multipliant les coups de téléphones et les compromis.

A force d’amender le texte pour tenter de rallier les ultraconservateurs du Freedom Caucus, qui veulent une sortie quasi complète du gouvernement fédéral du marché de la santé, Donald Trump et les leaders républicains ont fini par perdre le soutien de républicains modérés, effrayés par les conséquences humaines de ce projet de loi sur les Américains.

«Nous allons avoir besoin de temps pour réflechir»

Au fil des heures, vendredi, il est apparu de plus en plus clairement que le texte ne recueillerait pas la majorité à la Chambre. Jusqu’au bout, la Maison Blanche a poussé en faveur d’un (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Argentine La rue contre la rigueur
Les Etats-Unis relancent le projet Keystone XL
Londres : du délinquant Elms au terroriste Masood
Neuf gardes à vue en cours
«L’Etat nord-coréen emploie des centaines de hackers»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages