Donald et Melania Trump : combien ça coûte de les fréquenter à Mar-a-Lago ?

·1 min de lecture

Depuis quelques jours, Donald et Melania Trump ont posé leurs valises à Mar-a-Lago, le club privé de l’ancien président américain situé à Palm Beach, en Floride. Comme l’indiquent nos confrères de Paris Match, ce dimanche 24 janvier, il faut mettre la main au portefeuille afin d’avoir le privilège d’y accéder. Les frais d’admission s’élèvent à 200 000 dollars, tandis que la cotisation annuelle est de 15 000 dollars. Et ce n’est pas tout puisque le 30 décembre dernier, pour les fêtes de fin d’année 2020, certains admirateurs de Donald Trump pensaient le voir à Mar-a-Lago.

Ils ont ainsi déboursé près de 1 000 dollars afin d’avoir une place assurée, au sein de sa résidence, surnommée par Donald Trump sa Maison-Blanche du sud. Malheureusement pour eux, l’ex-président des États-Unis était alors retourné à Washington D.C. Au sein du club privé, se trouvent de nombreux membres fortunés qui peuvent ainsi se restaurer sur place, profiter de la piscine, mais aussi potentiellement croiser et engager le dialogue avec l’ex-chef d’État. La résidence contient 126 pièces et comprend 8 hectares de terrain. Pour rappel, c’est à la fin 2019 que Donald Trump a décidé de faire de Mar-a-Lago sa deuxième maison. Depuis, nombreux sont les fans de l’ancien président à s’être installés à West Palm Beach. Rick Wilson, un stratège républicain, également consultant en médias, a d’ailleurs déclaré sans langue de bois, comme le note Paris Match : "C’est l’État de la seconde chance, une terre trumpienne par excellence, (...)

Lire la suite sur le site de GALA

VIDÉO - Polémique sur les obsèques filmées de Johnny Hallyday : "Les cons crient très fort", tacle Claude Lelouch
Julie Depardieu : sa "grosse culpabilité" après la mort de son frère Guillaume
Sarah Ferguson met encore les pieds dans le plat avec la famille royale
VIDÉO - Thomas Hugues, ex de Laurence Ferrari : sa drôle d'anecdote sur leurs 2 enfants
"Une vraie connerie de sa part" : Yann Arthus-Bertrand étrille Emmanuel Macron