Pour Dominique A, qui sort "Vie Étrange", "fermer des lieux de culture, c'est un choix"

Yann Bertrand
·1 min de lecture

Chez Dominique A, tout finit en général par des chansons. Une joie, une peine, une lecture, il ne se ferme aucune porte. Alors, après une année 2019 bien remplie, parcourue de deux albums, Toute Latitude et La Fragilité, il s'apprêtait à affronter 2020 plus en retrait. Malheureusement, le confinement est passé par là, et très vite aussi, la mise au ban de la culture ; fermeture des salles, des librairies, des musées, au coeur d'une crise sanitaire dans laquelle le "biologique" a très vite pris le pas.

Il n'y a de considération ni pour le psychologique, ni pour le spirituel, et moi ça me pose vraiment problème.

Dominique A

Le chanteur et musicien nantais, qui se dit "prêt à [se] conformer à ce qu'on [lui] dit", fait part en réalité de son incrédulité face à la conception "productiviste" à l'oeuvre actuellement. Et sa parole s'entend d'autant plus qu'il a fait de 2020 une année de création à part entière.

Deux périodes de création différentes

Tout a commencé en confinement, avec ce titre bien nommé, L'Éclaircie, lâché sur les réseaux, reprise d'une chanson de Marc Seberg, le groupe du Rennais Philippe Pascal - également chanteur de Marquis de Sade -, décédé quelques mois plus tôt, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi