Dominique Perrault : « Il faut revoir la question des bagnoles »

Par Florent Barraco
·1 min de lecture
Thierry Ardisson interroge Dominique Perrault dans « Bains de minuit »
Thierry Ardisson interroge Dominique Perrault dans « Bains de minuit »

Métro, boulot, dodo. Voilà le quotidien de millions de Français alors que le confinement vient de commencer. Et depuis quelque temps : vélo, boulot, dodo. Vider Paris de ses voitures n'est pas une idée neuve sortie du chapeau d'Anne Hidalgo. En 1989, Dominique Perrault est l'invité de Thierry Ardisson dans Bains de minuit, la cultissime émission tournée aux Bains Douches et présente sur la chaîne YouTube ArdiTube, en partenariat avec l'INA. Le papa de la future bibliothèque nationale, choisi par un François Mitterrand bâtisseur (« Depuis Napoléon III, on n'avait pas vu ça »), livre son Paris idéal. Surprise, la voiture n'est pas au centre de ses préoccupations.

« Je ferais des grands projets techniques », annonce-t-il à Thierry Ardisson. Quel genre ? « Revoir la question des bagnoles ! répond Dominique Perrault. Il y a un truc comme le boulevard Sébastopol? il faudrait le mettre piétonnier. C'est évident. On a la gare du Nord et la gare de l'Est, où tous les TGV du nord de l'Europe vont arriver. En bas, il y a le RER avec toute la banlieue. Beaubourg, le Louvre, c'est l'avenue de l'Europe? Faut arrêter de circuler, il faut marcher. »

Perrault résume son projet : « Je ferais un travail de paysage avec d'immenses tableaux sur Paris qui définiraient les cartes postales que l'on vendra dans 20 ans. Sur les cartes postales représentant le boulevard Sébastopol, la voiture est toujours présente?

Un extrait à découvrir