Cette caissière se voit comme de la "chair à canon" contre le coronavirus

CORONAVIRUS - “Nous sommes en guerre”, martelait Emmanuel Macron, lundi 16 janvier. Mais dans cette “guerre” contre le redoutable Covid-19, certains sont davantage en première ligne. C’est le cas notamment des caissières, profession à 90% féminine et piliers de la grande distribution alimentaire, un des rares secteurs économiques toujours en activités durant le confinement.

Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, l’une d’elles s’est confiée au HuffPost avant d’entreprendre une deuxième semaine de travail au front de cette crise sanitaire, qui a maintenant fait près de 600 victimes en France. Dominique Hautier, caissière au Carrefour Market de Nangis (77) et déléguée syndicale CGT, avoue que la crainte l’emporte aujourd’hui sur le plaisir et la fierté de faire habituellement son travail. 

Absence de masques, doutes sur la pose de plexiglas devant les caisses... cette mère de famille et compagne d’un autre employé chez Carrefour s’inquiète pour sa santé et celle de sa famille.

“Je ne sais pas ce que je vais faire dans 8 jours, 10 jours, 15 jours... Est-ce que je vais pas trouver le moyen de rester à la maison”, s’interroge la caissière, qui considère pourtant sa profession comme “essentielle” en ces temps de crise.

Pour saluer l’engagement “exceptionnel” de ses employés, le distributeur Auchan a annoncé dimanche 22 mars le versement d’une prime de 1000 euros pour ses collaborateurs. MISE À JOUR : En soirée, au 20h de France 2, le PDG de Carrefour Alexandre Bompard a fait de même.

À voir également sur Le HuffPost: 

LIRE AUSSI :

Stock de masques: Véran assume sa stratégie contrainte

Un premier médecin décède du coronavirus, annonce Olivier Véran

Love HuffPost? Become a founding member of HuffPost Plus today.

This article originally appeared on HuffPost.