Dominique Besnehard dévoile les (vraies) raisons de sa fâcherie avec Ségolène Royal

Éminence grise du cinéma français et producteur de la série Dix pour cent, Dominique Besnehard, revient dans Gala sur sa vie passée à jouer les baby-sitters de stars. Sur sa plus grande blessure, aussi : sa fâcherie avec Ségolène Royal, qu'il a conseillée pour la présidentielle de 2008.

Décidément, Ségolène Royal n'est pas en odeur de sainteté en ce moment. Depuis le début de la crise sanitaire, elle aussi confinée chez elle, elle ne cesse de dézinguer le gouvernement - notamment contre Olivier Véran - à coups de tweets pour sa gestion de la crise du Covid-19. Ce dernier n'a d'ailleurs pas hésité à la recadrer sèchement.

C'est dans ce contexte particulier que Dominique Besnehard, ancien assistant de réalisateur, devenu directeur de casting, agent de comédiens et enfin producteur, enfonce le clou. À 66 ans, cet ami intime de Nathalie Baye, Marlène Jobert et Béatrice Dalle est revenu, dans les colonnes de Gala, sur le moment où il s'est engagé auprès de Ségolène Royal candidate, en 2007, en pleine campagne présidentielle. D'abord nostalgique, "avec elle, je voulais changer le monde", il enchaîne rapidement sur son amertume : "Dans ma vie, la pire déception ne vient pas du show-business, elle vient de la politique".

Alors que son entourage l'avait mis en garde, lui répétant sans cesse : "Fais gaffe, elle a des lubies, calme-toi, elle va te décevoir", en grand "naïf" plus habitué à conseiller des stars du cinéma, Dominique Besnehard est tombé de haut. C'était peu de temps après le meeting mémorable de Ségolène Royal au Zénith, en septembre 2008. "Je lui ai fait porter une tunique sur scène pour qu'elle semble moins bourgeoise", raconte-t-il. "Elle m'a écarté d'un coup". Cela fût sa "plus grande blessure". La politique, un monde impitoyable ? "La politique, ça reste une (...)

Retrouvez cet article sur GALA

Ce contenu peut également vous intéresser :