Domenech, Del Bosque, Löw... Ces sélectionneurs restés en poste après un échec majeur

·1 min de lecture

La déception de l’Euro n’est pas encore digérée que de nombreuses questions se posent déjà sur l’avenir des Bleus. La principale interrogation concerne le sort de Didier Deschamps, qui a connu son premier échec majeur depuis sa prise de fonction en 2012. Noël Le Graët, le président de la Fédération française de foot, a clairement affiché sa préférence pour un maintien en poste du sélectionneur champion du monde en 2018, comme il l’a affirmé mardi sur Europe 1. Mais rebondir après une défaite n’est jamais chose aisée. Plusieurs cas récents ont illustré la difficulté de la tâche, à l’image de Joachim Löw avec l’Allemagne. Europe 1 a sélectionné trois cas emblématiques qui peuvent servir d’exemples (ou de contre-exemples) à Didier Deschamps. 

>> Réécoutez Europe 1 Football Club en replay et podcast ici

Raymond Domenech, l’exemple à ne pas suivre 

Au moment de débuter l’Euro 2008, Raymond Domenech bénéficie de l’aura de l’exceptionnel parcours des Bleus jusqu’en finale de la Coupe du monde 2006. Mais la compétition se passe mal pour les vice-champions du monde en titre, placés dans le "groupe de la mort" avec leur vieil ennemi italien, les Pays-Bas et la Roumanie. Les Bleus concèdent d’abord un nul insipide face aux Roumains (0-0), avant de subir la foudre néerlandaise (1-4). Ils sont finalement éliminés et terminent derniers de leur poule après une défaite sèche et sans appel 2 à 0 contre l’Italie. Mais c’est la fameuse demande en mariage de Raymond Domenech à sa compagne...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles