Domenech, le communautarisme, les Bleus: Philippe Tournon dit tout

·2 min de lecture

A l’occasion de la parution de « La vie en bleu » (éd. Albin Michel), Philippe Tournon nous dévoile en exclusivité les dessous d’une vertigineuse aventure sportive et humaine.Plus qu’un copain,
une figure paternelle. Extraits.

Paris Match. Domenech est-il le sélectionneur qui a le plus abîmé les Bleus ?
Philippe Tournon. Son nom reste lié à la période la plus sombre de l’équipe de France. Il y a largement sa part, pour son incapacité à tenir son groupe, à le fédérer et à le pousser. Sa personnalité provocatrice et son humour caustique ont plombé les chances de réussite, et creusé son tombeau. Quel gâchis ! Car le technicien est solide et expérimenté, et l’homme peut être passionnant quand il parle théâtre, cinéma ou politique…

S’il était si incompétent, il n’aurait pas mené les Bleus en finale de la Coupe du monde 2006...
Il n’est pas incompétent, il est déroutant, et ça fausse tout. Je ne vais pas lui enlever ses mérites, réels, mais n’oublions pas que sans un Zidane, éblouissant, notamment contre le Brésil, nous n’aurions jamais atteint la finale !

(…)

Avez-vous vu monter le communautarisme chez les Bleus et, plus largement, dans le foot ?
Le communautarisme n’a jamais pesé sur la vie de l’équipe de France. Je n’ai jamais vu, comme certains l’ont écrit ou affirmé, des tapis de prière dans le vestiaire. Il y a des joueurs musulmans pratiquants, mais ils font leurs prières dans leurs chambres, tout comme ce catholique qui, un jour, a demandé qu’on lui trouve un chapelet parce qu’il avait oublié le sien ! De la même manière, je n’ai constaté aucun prosélytisme au sein de la sélection. La seule chose qui m’a intrigué à mon retour, en 2010, c’est que plus personne ne prenait de douche à poil. Certains se lavaient en caleçon. Etait-ce en vertu de préceptes de l’islam ou d’une autre religion, ou bien par pudeur, je ne sais pas.

Y a-t-il un menu halal pour les joueurs musulmans ?
Le joueur qui veut manger halal mange halal. Et celui qui ne veut(...)


Lire la suite sur Paris Match