"Je me dois de continuer": Magali Laurent espère retrouver sa fille, emmenée de force en Syrie par son père en 2015

Hugo Septier avec AFP
·4 min de lecture
Magali Laurent le 11 février 2021  - BFMTV
Magali Laurent le 11 février 2021 - BFMTV

Son témoignage est glaçant. Invitée ce jeudi sur l'antenne de BFMTV, Magali Laurent, auteure en compagnie de Françoise-Marie Santucci de l'ouvrage Reviens, Lila, sorti la semaine passée, est revenue sur la manière dont son ex-mari a enlevé sa fille de trois ans pour l'emmener avec lui en Syrie, où il est parti combattre aux côtés de Daesh.

Comme elle l'explique, c'est en 2015 que la situation se complique entre elle et son ancien compagnon, qui perd son emploi, tombe en dépression et se tourne vers la religion. Ce dernier devait emmener sa fille en vacances en Tunisie, chez ses grands-parents, comme ce fut le cas l'année précédente. Un voyage dont elle ne reviendra finalement pas.

"Le 27 octobre 2015, sa soeur l'a au téléphone et il lui dit qu’il est en Turquie et qu'il ne reviendra pas, qu'elle peut vider son appartement et laisser les clés dans la boîte aux lettres", se rappelle-t-elle.

Aller sans retour

Immédiatement, Magali Laurent se rend à la police "parce que je comprends que c'est un aller sans retour, dans ma tête pendant ce trajet au commissariat, tout le puzzle se fait et je comprends qu’il est parti pour là-bas et qu’il ne reviendra pas. Il était dans une période de dissimulation", explique-t-elle.

Dans la suite de son témoignage, la jeune femme estime qu'en 2015, malgré les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Casher, les signes de radicalisation religieuse n'étaient pas encore suffisamment définis. Pourtant, quelques détails interpellent alors la mère de famille.

"Il s’est radicalisé en 2014. Je prenais ça comme un refuge vers la religion car il a perdu son travail, ce qui a conduit à notre séparation. Il s’est plongé dans la religion, mais je n’arrivais pas à mettre un mot sur la radicalisation, on n'en entendait pas parler. C’était des signaux faibles, la fréquentation de la mosquée, la barbe qui s’allonge..."

Quelques semaines plus tard, l'homme semble vouloir changer de comportement et sortir de la religion. Rétroactivement, Magali Laurent estime avoir été "endormie."

"Il a basculé dans le sens inverse. Il m’a fait croire 'tu as raison, je vais me couper la barbe pour retrouver du boulot, refaire du sport', plein de signes qui me faisaient dire qu’il revenait vers une vie que je connaissais pour lui. Il prend Lila pour les vacances, je voyais ma fille tous les jours par Skype, j’entretenais ce lien entre lui et Lila, il se montrait serviable, que des signes positifs que je prenais pour de la bienveillance, mais il était totalement endoctriné."

Bouteille à la mer

Après plusieurs jours de silence, le père revient vers Magali Laurent. Il lui explique qu'il a "emmené Lila pour la sauver de l'enfer, qu'il ne voulait pas qu'elle vive sur une terre de mécréants, il pensait la sauver."

"Il me la montre quelques fois très rapidement. Deux ou trois jours après le premier contact, il me montre Lila, je la vois voilée, au bout de trois mois elle a un français hésitant, elle qui parlait bien pour son âge. Elle alterne le mot 'Magali' et 'maman' quand elle s’adresse à moi, il y a un lavage de cerveau. Je la vois s’éloigner de moi au point d’oublier le français, je ne peux plus converser avec elle en été 2016", ajoute-t-elle.

A l'heure actuelle, malgré "des recherches actives en cours pour localiser Lila", Magali Laurent est sans nouvelles de sa fille, qui serait aujourd'hui âgée de neuf ans, depuis maintenant près de 5 ans.

"Beaucoup de choses sont faites, beaucoup d’éléments sont recherchés, mais cela ne donne rien pour l’instant. Je jette cette bouteille à la mer. Si quelqu’un la reconnaît, je parle de son grain de beauté sur sa paupière droite, même si elle est voilée on peut la reconnaître, je sème des cailloux partout", explique celle qui assure que son ancien mari est probablement mort après s'être remarié en Syrie avec une autre femme.

"Quand on ne sait pas, c’est la pire des tortures, mais c’est l’étincelle qui reste. Je me dois de continuer, je ne peux pas la laisser. [...] Pour moi, si Lila est encore en vie et cette femme aussi (la nouvelle femme de son ex-compagnon, ndlr), elles sont ensemble. La fin des contacts correspond à mars 2017, qu’en est-il de Lila, a-t-elle pu fuir, est-elle dans des camps, je n’ai pas d’informations là-dessus."

Malgré la situation instable du pays, Magali Laurent assure vouloir se rendre en Syrie dans les mois à venir afin de rechercher sa fille.

Article original publié sur BFMTV.com