Un document unique sur les Âges obscurs : la tombe d’une femme chrétienne de grand pouvoir vient d’être mise au jour en Grande-Bretagne

Museum of London Archaeology (MOLA)

On sait peu de choses sur l’histoire de la Grande-Bretagne pendant la période du haut Moyen Âge. Tout juste mise au jour par les chercheurs du Musée archéologique de Londres (MOLA), une sépulture de femme chrétienne datant du 7e siècle représente ainsi un document unique pour mieux connaître le rôle des femmes à cette époque, qui fut celle de la conversion au christianisme.

Dans le village de Harpole, à une centaine de kilomètres au nord de Londres (Grande-Bretagne), des fouilles préventives en amont d’un projet immobilier ont révélé un véritable trésor : une sépulture médiévale, dans laquelle reposait une femme chrétienne ayant sans doute détenu un grand pouvoir. Ornée d’un magnifique collier, elle était probablement allongée sur un lit, ce mode d’inhumation étant caractéristique des Âges obscurs. Après avoir procédé à l’extraction de la tombe, les archéologues du Musée archéologique de Londres (MOLA) commencent tout juste à en analyser les éléments. Mais ils savent d’ores et déjà qu’iI s’agit de l’une des plus importantes découvertes datant de la période anglo-saxonne jamais réalisées en Grande-Bretagne.

La tombe d’une femme chrétienne des Âges obscurs a été mise au jour en Grande-Bretagne

Au printemps 2022, le dernier jour d’une fouille préalable à la réalisation d’un projet immobilier dans le village de Harpole, dans le Northamptonshire, les archéologues mandatés par le groupe Vistry ont découvert des dents, puis deux objets en or, avant de comprendre qu’ils venaient d’exhumer les premiers vestiges d’une extraordinaire tombe datant du haut Moyen Âge.

Au premier abord, la pièce la plus frappante est un collier constitué de huit pièces d’or romaines (ou peut-être de copies), de grenats et d’autres pierres semi-précieuses."Ce collier est exceptionnel en raison de la quantité d’or qui le compose et de par la combinaison des pendentifs", nous indique Lyn Blackmore, spécialiste des découvertes au Musée archéologique de Londres. Elle qualifie également d'"unique" son pendentif central à motif de croix cloisonné, composé de grenats rouges sertis d’or et de la moitié d’un fermoir à charnière réutilisé.

Il existe peu de colliers comparables en Grande-Bretagne, son savoir-faire est sans pareil. Ceux qui datent de la même époque sont généralement plus simples, explique l'experte, "ils sont également présents dans des sépultures plus simples, d[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi