DOCUMENT FRANCEINFO. "Mon travail, c'est d'éliminer les gars de Daech" : un Français parti combattre avec les Kurdes en Syrie témoigne à son retour en France

Jérôme Jadot

Après deux mois de combats, le drapeau turc flotte sur Afrin en Syrie. L’armée d’Ankara et ses alliés syriens ont totalement repris la ville aux forces kurdes dimanche 18 mars. Des forces kurdes soutenues par une poignée de volontaires français comme Ravachol que franceinfo a rencontré. Depuis le début du conflit contre l’organisation État islamique, ils seraient quelques dizaines à s’être engagés au Kurdistan syrien.

C'est dans une petite maison de banlieue parisienne, chez ses parents, qu'est rentré "Ravachol" fin janvier. "C’est le nom de militant que j’utilise en France. Là-bas, on m'appelait Piling, qui veut dire panthère", explique ce jeune révolutionnaire anarcho-communiste, comme il se définit, un treillis toujours pour pantalon, une Kalachnikov tatouée sur le bras droit. Ravachol a 18 ans. Il gravite à l’extrême gauche depuis qu’il en a 15.

Je n'ai jamais vraiment été à l'aise avec cette société qui ne me permettait pas de développer ma personnalité.

"Ravachol", jeune Français parti combattre en Syrie avec les Kurdes

à franceinfo

Il raconte comment il s'est "enfermé dans une bulle" : "J'ai arrêté l'école, j'ai arrêté de fréquenter mes amis, je passais mon temps à regarder des vidéos de propagande communiste sur internet et un jour j'ai découvert le Rojava et la révolution anarcho-communiste. Je me suis dit, il faut que j'y aille."

Formé aux armes avec les forces kurdes YPG

Le Rojava, c’est la (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi