Le Docteur Jivago (Arte) Omar Sharif : "Ce rôle m’a laissé des traces indélébiles"

·1 min de lecture

Quand Omar Sharif apprend que David Lean prépare l’adaptation du Docteur Jivago, le roman de Boris Pasternak, il dévore aussitôt le livre. L’acteur se verrait bien incarner Pasha, le révolutionnaire exalté. Il fait alors passer le message au cinéaste, grâce à qui il s’est fait un nom avec Lawrence d’Arabie (sept Oscars en 1963). Refus. Lean lui offre le rôle principal ! Le réalisateur vient de rembarrer la Metro Goldwyn Mayer, qui insistait pour avoir une star, Paul Newman, dans le rôle-titre. Le cinéaste a réservé une autre surprise à son ami : il offre à son fils Tarek, 7 ans, le rôle de Jivago enfant.

Censure et prix Nobel

C’est justement sur le visage triste de l’enfant que cette romance fleuve débute, dans la Russie impériale. Les années passent, Youri achève ses études de médecine et publie des poèmes appréciés. Le pays bascule dans la révolution d’Octobre… Boris Pasternak, le plus grand poète russe de son temps, s’est inspiré de son histoire d’amour avec Olga Ivinskaïa, rencontrée en 1946, alors qu’il était marié. L’adultère lui fut reproché, mais le régime soviétique censura surtout sa peinture sans complaisance de la révolution de 1917. Gloire nationale, Pasternak fut épargné. Pas Olga, envoyée cinq ans au goulag. Le roman sera interdit jusqu’en 1988 en URSS, mais le manuscrit fut publié en Italie, en 1957, et vaudra à Boris Pasternak le prix Nobel de littérature l’année suivante. Sous la pression du régime, l’écrivain le refusa.

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles