Doc sur Jean-Luc Delarue : Pourquoi un hommage sur TF1 plutôt que sur France 2 ?

E GELABART / 20MIN / SIPA
E GELABART / 20MIN / SIPA

Une programmation qui interroge. Le mercredi 24 août en prime time, TF1 diffusera le documentaire inédit "Jean-Luc Delarue, 10 ans déjà : De succès en excès". Un retour sur le riche parcours de l'animateur-producteur qui a mené l'essentiel de sa carrière sur une chaîne concurrente, en l'occurrence France 2. Pourquoi TF1 a-t-elle décidé de le diffuser et non pas France 2 ? La société Réservoir Prod, qui produit le documentaire, a la réponse. "Pour les 3 ans de la disparition de Jean-Luc, nous avions produit un premier doc pour D8, à l'époque où Ara Aprikian et Xavier Gandon étaient aux responsabilités", rappelle Eve Ewing, directrice générale de Réservoir Prod, à puremedias.com. Et d'expliquer : "C'est donc par loyauté que nous avons proposé ce nouveau projet à la même équipe".

Une équipe qui préside désormais aux destinées de TF1 puisque Xavier Gandon est le directeur des antennes du groupe privé tandis qu'Ara Aprikian en est le patron des contenus. Lors de sa diffusion en septembre 2015 sur D8 (désormais C8), "Jean-Luc Delarue, 3 ans déjà" avait été suivi par près d'un million de téléspectateurs selon Médiamétrie, soit 4,4% du public.

"Je n'ai pas eu de réponse de France 2"

Réservoir Prod n'a pas pour autant snobé France 2 pour le nouveau documentaire, aux dires d'Eve Ewing : "J'ai parlé aussi de cette idée à France 2. Je n'ai pas eu de réponse et j'ai donc décidé d'avancer avec TF1". De son côté,...

Lire la suite


À lire aussi

Glee : Les premières images de l'épisode hommage à Cory Monteith
"On se sent quasiment endeuillé" : François Morel rend hommage à "Plus belle la vie" sur France Inter
Pourquoi Marlène Schiappa a refusé de participer à "Fort Boyard" sur France 2

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles