Le docétaxel : 48 morts imputés

Libération.fr

Le Figaro, qui révélait l’affaire, avait évoqué 27 décès chez des malades du cancer traités avec le docétaxel au cours de la période de commercialisation de ce médicament, soit de 1996 à 2016, sur la base d’une enquête de pharmacovigilance lancée en septembre par l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). De fait, il y en a eu plus. Dans un communiqué publié mercredi, l’agence évoque 48 morts. Et conclut : «Dans l’attente d’éléments complémentaires, la recommandation d’éviter l’utilisation du docétaxel dans les cancers du sein localisés opérables est maintenue.» Le 17 janvier, l’Institut national du cancer et l’ANSM avaient recommandé d’éviter temporairement, par précaution, l’utilisation du docétaxel pour les cancers du sein localisés, opérables, au profit d’une alternative, le Paclitaxel. Cette semaine, le magazine Rose, destiné aux femmes malades du cancer, publie une enquête fouillée sur cette molécule, qui souligne un manque de réactivité des autorités sanitaires.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

Festival Dukan
«Il faut arrêter de parler de complot, il faut parler des valeurs.»
Assurance chômage : changements en vue
Deux tours sans détours
Dans le rétro 1995

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages