Mais d'où vient la réticence des Français à se confiner ?

*

Les mots du Président appelant ses concitoyens à la guerre contre le Covid-19 étaient limpides. Ils ont eu peu d’effet. Et pas davantage les mises en garde et les recommandations des autorités sanitaires. Comment expliquer cette indifférence qui continue à coûter des vies humaines.

un phénomène d’usure?

Peut-être absorbons-nous des injonctions à la prudence depuis trop longtemps. Il est difficile d’imposer le confinement volontaire comme mesure de sécurité sérieuse à des personnes qui, depuis plus d’une décennie, ont été interdites par des agents en armes d’emmener 25cl d’eau minérale ou une pince à épiler dans un avion. Certes, la menace terroriste était réelle. Sans aucun doute l’est-elle encore. La disproportion absurde des mesures de sécurité, et leur mise en application manu militari pour répondre au danger virtuellement possible, n’ont certainement pas contribué à rendre les alarmes contre un danger actuel plus crédibles. Certains redoutaient que les mesures de lutte contre le terrorisme n’empiètent sur nos libertés individuelles. C’est bien pire, elles ont réduit nos libertés, annihilé notre sens individuel de la responsabilité et dans le même temps érodé leur proprecrédibilité.

un problème moral ?

Le confinement volontaire présenté comme un engagement en faveur des autres pose une évidente difficulté. Protégez-vous, c’est ainsi que vous participerez à la sauvegarde de tous. Planquez-vous pour être utiles. Avec un tel paradoxe, un si flagrant renversement de valeurs, on aura beau développer les raisonnements, exposer les statistiques, expliquer la stratégie de ralentissement indispensable du virus pour préserver les ressources humaines et matérielles de nos services de santé.




Lire la suite