D'où vient la maxime "chassez le naturel, il revient au galop" ?

·1 min de lecture

Stéphane Bern propose chaque jour, dans Historiquement vôtre avec Matthieu Noël, de partir à la découverte de ces expressions que l'on utilise au quotidien sans forcément connaître leur origine. Vendredi, l'animateur nous explique celle de l'expression "chassez le naturel, il revient au galop", qui est née dans l'oeuvre du poète latin Horace mais a pris la forme qu'on lui connait aujourd'hui dans celle de l'auteur dramatique Philippe Néricault Destouches, aux 17e-18e siècles.

>> Retrouvez les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern en replay et en podcast ici

D'Horace à Philippe Néricault Destouches

La toute première version de l'expression, remontant à la fin du 1er siècle de l'ère chrétienne, revient au poète latin Horace qui, dans son épître 10, écrit "naturam expelles furca, tamen usque recurret", ce qui signifie "chasse le naturel à coup de fourche, il reviendra en courant". Par la suite, Jean de La Fontaine, ou encore Nicolas Boileau, écriront des vers inspirés de cette maxime, mais la version que l'on connait aujourd'hui, nous la devons à Philippe Néricault Destouches, auteur dramatique de la fin du 17e siècle et début du 18e.

"Un léopard ne peut changer ses taches"

Dans la pièce Les Glorieux, celui-ci écrit : "Je ne vous dirai pas de changer de caractère, car on n'en change point. Je ne le sais que trop, chassez le naturel, il revient au galop." Dans la même pièce, Philippe Néricault Destouches écrit deux autres phrases restées, elles aussi, dans les annales ...


Lire la suite sur Europe1