Djibouti: le président du MRD annonce la reprise des activités du parti dissous

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Daher Ahmed Farah, président en exil du parti MRD, annonce que son parti va reprendre ses activités. Le Comité des droits de l'homme de l'ONU avait donné au régime djiboutien 180 jours pour réhabiliter le Mouvement pour le renouveau démocratique et le développement (MRD), qui a été dissous par les autorités en 2008. Ce délai a expiré le 8 juillet 2021 et le président du MRD sort aujourd'hui de son silence.

Le président du MRD, Daher Ahmed Farah, résident en Belgique, estime que la justice internationale lui a donné raison contre le régime d'Ismaël Omar Guelleh: « Le régime, en refusant d’exécuter cette décision, confirme. Il persiste et signe qu’il est de nature dictatoriale. La justice internationale l’a désavoué et nous a reconnus, nous a rétablis dans nos droits. A partir de là, nous n’avons, en réalité, rien à demander à Ismaël Omar [Guelleh]. Puisque la justice internationale qui se situe au-dessus de la justice nationale nous reconnaît, rien ne s’oppose à ce que nous reprenions normalement nos activités. »

« La répression ne nous fait pas peur »

« Et nous le ferons, poursuit-il. S’ils nous répriment, nous verrons mais la répression ne nous fait pas peur. La répression, nous la connaissons depuis des décennies. Ce n’est pas cela qui nous fait peur. Mais nous, nous sommes dans nos droits et la communauté internationale, particulièrement la justice internationale, l’a clairement reconnu. »

À lire aussi : Djibouti: l’ONU épingle les autorités sur l’interdiction du parti MRD

Daher Ahmed Farah affirme par ailleurs qu’il compte revenir à Djibouti pour reprendre ses activités politiques: « Oui, oui, je compte bien revenir sur le sol djiboutien. Dans tous les cas, notre parti tiendra, très bientôt, dans les semaines qui viennent, son congrès sur place, à Djibouti. »

À lire aussi : Présidentielle à Djibouti: «victoire du peuple» pour le pouvoir, «mascarade» pour l'opposition

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles