Djibouti : jour de vote sur fond de continuité de régime

Par Le Point Afrique (avec AFP)
·1 min de lecture
Ismaël Omar Guelleh, 73 ans, est au pouvoir depuis 22 ans dans ce petit pays qu'il dirige d'une main de fer et dont il a su exploiter la position stratégique, aux confins de l'Afrique et de l'Arabie.
Ismaël Omar Guelleh, 73 ans, est au pouvoir depuis 22 ans dans ce petit pays qu'il dirige d'une main de fer et dont il a su exploiter la position stratégique, aux confins de l'Afrique et de l'Arabie.

Ce sont 215 000 électeurs djiboutiens inscrits sur les listes qui sont appelés aux urnes ce vendredi pour choisir leur président. Principale figure de ce scrutin : Ismaël Omar Guelleh, au pouvoir depuis 22 ans. Il se présente pour un cinquième et, théoriquement, dernier mandat. Faut-il le rappeler, l'actuel chef de l'État a remporté avec plus de 75 % des voix chaque présidentielle à laquelle il a participé. Arrivé au pouvoir en 1999, Ismaël Omar Guelleh n'est que le deuxième président de Djibouti depuis l'indépendance du pays en 1977. Il avait succédé à Hassan Gouled Aptidon. À la mi-journée, vêtu de vêtements traditionnels immaculés, Ismaël Omar Guelleh est apparu serein, après avoir voté accompagné d'une nuée d'officiels, d'officiers de sécurité et de journalistes. Il s'est dit « très, très confiant » lors d'une brève déclaration en français. « [Le vote] s'est déroulé dans de bonnes conditions [?]. Maintenant, nous allons attendre les résultats », a-t-il ajouté en langue somali.

Un challenger pour le président : Zakaria Ismaïl Farah

Face à lui, Zakaria Ismail Farah, 56 ans, un homme d'affaires. En réalité, il est un neveu de Guelleh. Fraîchement débarqué en politique, il n'a tenu que quelques timides rassemblements de campagne, d'après nos confrères de l'Agence France-Presse. Les chances de cet homme, inconnu du grand public, qui possédait la double nationalité et a obtenu de justesse la révocation de sa nationalité française pour pouvoir être candidat, so [...] Lire la suite