Seize morts au Soudan du Sud dans des violences sans doute tribales

Seize personnes au moins, selon l'Onu, ont été tuées lundi à Wau, une localité du nord-ouest du Soudan du Sud, où des miliciens de l'ethnie des Dinkas ont fouillé les habitations en quête de personnes appartenant à d'autres groupes tribaux. /Photo d'archives/REUTERS/Siegfried Modola

NAIROBI (Reuters) - Seize personnes au moins, selon l'Onu, ont été tuées lundi à Wau, une localité du nord-ouest du Soudan du Sud, où des miliciens de l'ethnie des Dinkas ont fouillé les habitations en quête de personnes appartenant à d'autres groupes tribaux.

Selon des témoins, les miliciens combattent du côté du gouvernement, mais un porte-parole de l'armée, le colonel Santo Domic Chol, a démenti toute implication de l'Etat dans les combats à Wau, déclarant que des fusillades y avaient éclaté au cours d'une mutinerie de soldats à la prison de la ville.

A New York, le porte-parole de l'Onu, Stéphane Dujarric, a déclaré que deux patrouilles de casques bleus dépêchées sur place "ont vu les corps de 16 civils à l'hôpital et au moins dix blessés".

Les rues de Wau étaient désertes lundi et les habitants se terraient chez eux, ont dit des témoins à Reuters. Des soldats de l'armée nationale bloquent la route menant à un camp de civils protégé par des casques bleus.

"Il s'agit d'une opération de répression à caractère ethnique, soutenue par des éleveurs et des civils en armes de la tribu des Dinkas", a expliqué un habitant. Selon plusieurs habitants, les miliciens recherchaient des membres des tribus des Lous et des Fertits, implantées dans la région.

Le Soudan du Sud a plongé dans la guerre civile en 2013 quand le président, Salva Kiir, qui appartient aux Dinkas, a limogé son vice-président, Riek Machar, membre de l'ethnie des Nuers.

Les combats n'ont jamais vraiment cessé depuis lors et plusieurs factions armées, chacune affiliée à une ethnie particulière, s'affrontent dans le pays.

(Rédaction de Nairobi, Eric Faye pour le service français, édité par Gilles Trequesser)

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages