Dix millions d'Allemands vaccinés à la mi-mars, promet Merkel

·2 min de lecture
DIX MILLIONS D'ALLEMANDS VACCINÉS À LA MI-MARS, PROMET MERKEL

BERLIN (Reuters) - Dix millions de personnes en Allemagne seront vaccinées contre le nouveau coronavirus d'ici la fin mars, a déclaré mardi Angela Merkel, pour se défendre contre les critiques sur la lenteur supposée de la campagne de vaccination menée par son gouvernement.

"Soit on dit que nous serons déjà en mesure de vacciner 10 millions de personnes au premier trimestre, soit d'autres diront 'seulement' 10 millions; mais quoi qu'il en soit, cela augmentera", a déclaré la chancelière allemand à la chaîne ARD.

L'Allemagne compte 83 millions d'habitants.

Plusieurs voix en Allemagne s'élèvent notamment contre la décision européenne de ne pas avoir autorisé en urgence le vaccin développé par Pfizer et l'allemand BioNTech contre le COVID-19, contrairement à un pays comme le Royaume-Uni, où le rythme de vaccination est bien plus soutenu.

Mais Angela Merkel a estimé que l'Union européenne avait fait le bon choix en prenant le temps d'examiner toutes les données, afin de préserver la confiance de la population.

Même dans le scénario le plus pessimiste, en vertu duquel aucun nouveau vaccin ne serait approuvé, l'Allemagne serait capable d'administrer une première dose à toute sa population adulte d'ici la fin de l'été, a souligné Angela Merkel.

Trois vaccins ont été approuvés à cette date par l'Agence européenne des médicaments (EMA), ceux de Pfizer-BioNTech, Moderna et AstraZeneca.

Evoquant les nouvelles données disponibles sur le vaccin russe Spoutnik V, efficace à 92% contre les formes symptomatiques du COVID-19, selon les résultats de la phase finale de son essai clinique publiés mardi dans la revue médicale internationale The Lancent, Angela Merkel a déclaré que tout vaccin approuvé par l'EMA serait bienvenu en Allemagne.

"J'en ai parlé au président russe (Vladimir Poutine), nous avons vu aujourd'hui de bons chiffres sur ce vaccin", a commenté la chancelière allemande.

(Thomas Escritt, version française Jean-Stéphane Brosse)