Dix milliards d’euros pour nationaliser EDF, le juste prix ?

SERGE ATTAL / Only France via AFP

Près de 10 milliards d’euros pour nationaliser EDF, voilà ce qui s’appelle une “grosse prime”, estime Bloomberg, aux États-Unis. “Cette offre à 9,7 milliards d’euros, qui, à 12 euros l’action, était dans le haut des attentes”, est censée assurer à l’État la propriété entière du groupe à la mi-octobre. Elle permettra au gouvernement “de poursuivre ses investissements à long terme dans l’énergie sans carbone”.

Les enjeux sont de taille pour l’Hexagone, rappelle le site financier américain. “À l’heure où l’Europe connaît sa pire crise énergétique depuis une génération, l’État français veut reprendre la pleine propriété d’un EDF criblé de dettes afin de pouvoir garder sous contrôle la facture d’électricité des ménages, tout en procédant à des investissements massifs pour réduire la dépendance du pays vis-à-vis des combustibles fossiles importés.”

“Piloter à son gré”

À en croire la presse économique, l’offre est généreuse pour EDF, qui se trouve dans une piètre situation. Un parc nucléaire vieillissant, des coûts de chantier dépassant de loin les budgets prévisionnels ainsi que la vente à perte de son électricité imposée par l’État n’ont en rien arrangé la situation financière du groupe, rappelle aussi le Financial Times, à Londres. Ainsi, le gouvernement présente la nationalisation comme “un moyen de renflouer financièrement EDF”, avant de s’embarquer dans une nouvelle série de projets impliquant la construction de six nouvelles centrales en France, “la plus grosse commande en plus de deux décennies”.

Au vu de la stratégie de neutralité carbone à l’horizon de 2030, les avantages de la nationalisation pour le gouvernement sont indéniables, commente, en Allemagne, la Frankfurter Allgemeine Zeitung : “Obligation d’information plus souple, moins de questions gênantes de la part des actionnaires, injection de capital plus facile, énumère le journal. Il pourra à l’avenir mener sa politique énergétique d’un seul jet et piloter à son gré la construction de centrales nucléaires et d’éoliennes.”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles