Dix-huit Palestiniens blessés par des tirs israéliens (ministère à Gaza)

Des manifestants palestiniens fuient les gaz lacrymogènes tirés par des soldats israéliens postés à la barrière de sécurité séparant la bande de Gaza, une enclave palestinienne, du territoire israélien, le 30 novembre 2018 (AFP/Archives)

Gaza (Territoires palestiniens) (AFP) - Au moins 18 Palestiniens ont été blessés par des tirs de soldats israéliens lors de manifestations organisées chaque vendredi depuis fin mars près de la barrière de sécurité séparant la bande de Gaza d'Israël, a indiqué le ministre de la Santé à Gaza.

La vie d'aucun des Palestiniens touchés n'est en danger, a ajouté le ministère de cette enclave contrôlée par les islamistes palestiniens du Hamas.

Depuis le 30 mars et le début de la mobilisation appelée "Marche du retour", au moins 235 Palestiniens ont été tués par les militaires israéliens. Outre la fin du blocus israélien imposé à Gaza depuis plus de 10 ans, ce mouvement réclame le retour des réfugiés palestiniens sur les terres qu'ils ont fuies ou dont ils ont été chassés à la création de l'Etat d'Israël en 1948.

Deux soldats israéliens ont trouvé la mort au cours de ces mois de confrontation.

Jeudi, l'organisation Médecins sans frontières a affirmé qu'un millier de Palestiniens blessés ces derniers mois à Gaza par des tirs israéliens le long de la barrière sécurité, souffraient d'infections qui menacent de les laisser handicapés à vie.

Israël se défend contre les accusations d'usage excessif de la force, accusant le Hamas de se servir de la mobilisation comme couverture pour des activités "terroristes".

Israël et le Hamas se sont livré trois guerres à Gaza depuis 2008. Après la plus sévère confrontation depuis 2014, une trêve a été conclue le 13 novembre par l'entremise de l'Egypte.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles