Dix ans après leur traitement de thérapie génique, les enfants soignés vont bien

·2 min de lecture

En 2009 et 2012, dix enfants ont participé à un essai clinique de phase 2 pour traiter leur maladie génétique incurable, l'ADA-SCID. Les jeunes patients ont un déficit sévère en adénosine désaminase, une enzyme indispensable au développement du système immunitaire, qui cause une immunodépression sévère. Sans traitement, la plupart des enfants décèdent avant l'âge de deux ans des suites d'une infection opportuniste que leur immunité n'a pas su éradiquer.

Les dix patients âgés de 3 mois à 15 ans ont été traités par thérapie génique. Les cellules souches de leur propre moelle osseuse ont été modifiées par un vecteur de thérapie génique en laboratoire. Le vecteur, dérivé d'un gammaretrovirus de souris, transporte le gène ADA de l'adénosine désaminase pour restaurer son activité en s'intégrant dans le génome des cellules prélevées. Comme pour une auto-greffe, les cellules modifiées ont été ensuite réinjectées aux enfants. Voilà presque dix ans qu'ils ont été soignés, les médecins de l'Université de Californie à Los Angeles font le bilan de leur état de santé dans la revue Blood. Les nouvelles sont plutôt bonnes !

La jeune Evangelina Vaccaro, soignée par thérapie génique en 2012. © Courtesy of Alysia Padilla-Vaccaro
La jeune Evangelina Vaccaro, soignée par thérapie génique en 2012. © Courtesy of Alysia Padilla-Vaccaro

90 % des enfants soignés

Presque tous les enfants sont en bonne santé et n'ont pas fait de rechute. Pour neuf d'entre eux, le traitement est un succès. En revanche, il n'a pas fonctionné pour le patient âgé de 15 ans à l'époque. « Nous avons vu durant les premières années que cette thérapie fonctionnait, et maintenant nous pouvons dire que, non seulement elle fonctionne, mais elle fonctionne aussi après plus de 10 ans », explique Daniel B. Kohn, professeur à l'Université de Californie, et directeur de ces recherches.

Pendant ces dix années, le système immunitaire des neuf enfants s'est développé correctement et de façon robuste, ils n'ont pas eu besoin d'un « rappel » de thérapie génique ou d'une greffe d'une moelle osseuse issue d'un donneur. Certains...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles