Divorce de Robert De Niro : c'est la guerre des millions avec son ex Grace Hightower !

·1 min de lecture

Il a beau être l’un des acteurs les plus couronnés de succès d’Hollywood, Robert De Niro travaille bien pour l’argent. L’acteur américain, désormais âgé de 77 ans, peine à suivre le style de vie de son ex-épouse Grace Hightower dont la « soif de Stella McCartney » et de diamants hors de prix ne semble pas connaître de limites, selon l’avocat de la star de Raging Bull, comme le rapporte le journal britannique The Sun.

« M. De Niro a 77 ans et même s’il adore son métier, il ne devrait pas être forcé de travailler à ce rythme prodigieux parce qu’il le faut », a déclaré Me Caroline Krauss lors d’une audience virtuelle au tribunal de Manhattan, à New York, vendredi 16 avril. L’acteur multiplie en effet les productions et est récemment apparu dans de nombreuses comédies américaines dont les succès au box-office sont loin d’avoir été au rendez-vous.

L’avocat de Grace Hightower, Kevin McDonough, fait valoir, pour sa part, que depuis sa demande de divorce en 2018, Robert De Niro a continué à réduire la pension mensuelle qu’il devait à celle qui a partagé sa vie pendant plus de trente ans, dont 21 ans de mariage. En janvier 2021, la star de The Irish Man a en effet drastiquement réduit les dépenses de son ex-épouse en cartes de crédit, qui sont passées de 375 000 à 100 000 dollars (soit environ 80 000 euros), peut-on lire dans les colonnes de Page Six. Tant que ces sommes seront contestées par les avocats des deux parties, le divorce ne pourra être prononcé.

Cette baisse n’a toutefois pas (...)

Lire la suite sur le site de GALA

Affaire Olivier Duhamel, Marie-France Pisier hantée par un autre drame : "C'est un truc ravageur"
Prince Louis, le fils de Kate et William : quel genre de petit garçon est-il ?
La secrétaire d'Etat Sophie Cluzel, maman d'une enfant trisomique : ses bouleversantes confidences
Le saviez-vous ? Marie-France Pisier a vécu une idylle avec Bernard-Henri Lévy
Meghan Markle et Harry pas regrettés à Buckingham : "C'est beaucoup plus paisible"