Divorce de Mary-Kate Olsen et Olivier Sarkozy : les deux parties trouvent un accord

·1 min de lecture

Le confinement a eu raison de beaucoup de couples. Pas sûr qu'il soit la seule cause de cette séparation, même si les dates coïncident : en mai dernier, Mary-Kate Olsen a demandé le divorce à son époux Olivier Sarkozy, après cinq années de mariage. De nombreuses frictions seraient nées dans le couple sur la question de la parentalité. Olivier Sarkozy, déjà père de Julien et Margot, deux enfants nés d'une précédente union, ne souhaitait pas en avoir d'autres. La sœur jumelle d'Ashley Olsen, elle, désirait vivement vivre l'expérience de la maternité.

Cependant, le confinement a tout de même joué un rôle. Le déclic serait venu en mars dernier : Page Six expliquait que Mary-Kate Olsen avait très mal pris qu'Olivier Sarkozy demande à son ex-femme, Charlotte, et à leurs enfants Julien et Margot de venir se confiner dans l’appartement qu’il partage avec l’actrice âgée de 33 ans. Une proposition qui n’aurait pas du tout été du goût de la star américaine. Mais laissons le passé au passé, et place à l'avenir : huit mois après avoir officialisé la demande de divorce, le couple s'est retrouvé devant le juge pour acter la séparation.

"Retrouvé", le mot est peut-être fort : crise du coronavirus oblige, les divorces sont jugés, aux Etats-Unis, via l'application Zoom. Au cours d'un appel qui a duré vingt minutes, l'ex-couple a expliqué avoir trouvé "un accord" pour permettre de signifier la séparation, souligne US Weekly. Un accord final qui a donc mis plusieurs mois à arriver, mais qu'il ne (...)

Lire la suite sur le site de Voici

Olivier Duhamel accusé d'inceste : ce conseil choquant d'Evelyne Pisier à sa fille quand elle avait douze ans
Sofia Essaïdi : cette scène de La Promesse qu’elle a eu beaucoup de mal à tourner
François Hollande : ce grand regret qu’il éprouve dans sa relation avec Nicolas Sarkozy
Mariés au premier regard : cette surprise de la production pour la saison 5
Guillaume Canet en colère : son coup de gueule applaudi par Elie Semoun