Divorce : la garde alternée des enfants va-t-elle devenir la solution numéro 1 ?

Libération.fr
Un écolier lors de la rentrée des classes le 4 septembre 2017, à Quimper. Photo Fred Tanneau. AFP

Une proposition de loi émanant du MoDem, examinée en commission des lois, souhaite faire de la garde alternée le principe général. Certains toussent déjà. Très fort.

Mars 2002 : dans un élan d’égalité entre les femmes et les hommes, Ségolène Royal, alors en charge de la famille au sein du gouvernement Jospin, fait adopter une loi qui permet au juge de fixer la résidence des enfants en alternance chez leur père et chez leur mère en cas de divorce. Bilan de cette «ouverture» ? Dans un pays où les couples se défont de plus en plus (près d’un couple sur deux se sépare en Ile-de-France, un couple sur trois ailleurs en France), 71% des enfants de parents passés devant un juge résident chez la mère, 12% chez le père et 17% sont en résidence alternée (1). Une injustice criante entre les femmes et les hommes à l’heure l’on brandit tant une nécessaire égalité ?

Pris en sandwich

Novembre 2017 : alors que près d’une dizaine de propositions de loi destinées à faire progresser la résidence (ou garde) alternée ont été retoquées ou abandonnées en cours de route, un texte porté par le député MoDem Philippe Latombe vise – à nouveau – à instaurer le principe général de résidence alternée des enfants chez chacun de leurs parents, pour mieux «traduire leur égalité», et tout cela, bien sûr, «dans le respect de l’intérêt supérieur de l’enfant».

A peine inscrite à l’agenda de l’Assemblée nationale, cette proposition de loi qui doit être débattue le 30 novembre (dans le cadre d’une niche parlementaire réservée au groupe centriste) fait déjà couiner. Parfois violemment. Et voilà le texte, examiné en commission des lois, pris en sandwich entre (pour faire simple) ceux qui veulent encore plus d’égalité dans l’égalité et certaines féministes et associations qui lancent un gros «attention danger».

C’est le cas de la Fédération nationale Solidarité femmes (FNSF), qui revendique une opposition totale à ce type de proposition. Motif ? «Cette proposition veut faire de la double domiciliation et de la (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Le remaniement sera finalement annoncé «dans la semaine»
Code du travail: ouverture des débats sur la ratification des ordonnances
LCP suspend Frédéric Haziza, soupçonné d’agression sexuelle
Plateformes de location: Le Drian souhaite un «cadre réglementaire complet»
Le remaniement sera finalement annoncé «dans la semaine»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages