Publicité

Vous avez dit sioniste ?

« Sioniste » : c’est par cette accusation infamante que les étudiants juifs de Sciences Po Paris ont été accueillis mardi 12 avril dans l’amphithéâtre Boutmy de l’établissement, rue Saint-Guillaume.

À lire aussi Sciences Po : 10 ans de dérives et de polémiques

Sciences Po, toi qui as donné de si grands noms à la France - George Pompidou, Simone Veil... pour ne citer qu'eux - te voilà aujourd’hui revêtu du drapeau palestinien et enraciné dans la gauche la plus radicale, corroborant ainsi les propos de l’ex-directeur de l’IEP de Paris, Mathias Vicherat : « Toutes les universités en sciences sociales de France et de Navarre sont de gauche ».

Qui sème le manque de pluralisme et la discrimination « positive » de Parcoursup récolte la toute-puissance de l’islamo-gauchisme, qui terrorise le milieu universitaire par des méthodes perverses comme le harcèlement ou la mise à l’écart d’étudiants qui refusent l’abandon de la pensée - c'est le cas d'Antoine, étudiant à Sciences Po.

Depuis le 7 octobre, les Juifs ou plutôt les sionistes – c’est plus acceptable – sont la cible favorite de ce totalitarisme. Charles, étudiant à Sciences Po, nous confie qu’il passe sous silence le fait d’être juif en raison de l’antisémitisme devenu banal dans les conversations et sur les groupes WhatsApp des promotions.

Cracher sur le sioniste n’a jamais été aussi vertueux ; le faire dans un amphithéâtre pris d’assaut mardi 12 mars par une soixantaine d’individus avec pour hymne « Pour l’honn...


Lire la suite sur LeJDD