Les distributeurs ne pourront plus contourner la loi : ces promotions que vous ne pourrez plus voir en magasin

Alors que de nombreuses enseignes tentent de contourner la loi sur les promotions, la DGCCRF rappelle les lignes directrices de la loi Alimentation et notamment l'interdiction d'utiliser le terme "gratuit."

Difficile de lutter contre les promotions. Prisées des clients, elles restent un levier essentiel de l'arsenal commercial des enseignes de grande distribution. Et si la loi Egalim entrée en vigueur en 2019 a tenté d'y mettre bon ordre, les enseignes ont souvent trouvé la parade en jouant sur les imprécisions de la loi. En théorie, les promotions ne peuvent pas excéder 34% du prix du produit vendu. Mais en pratique, les enseignes ont su contourner cette interdiction.

C'est pour tenter d'y mettre bon ordre que la DGCCRF a rappelé cette semaine quelques lignes directrices. Par exemple, si une offre "un produit acheté/un produit offert" était proscrit (cela représenterait un rabais de 50%), les magasins ont contourné l'interdit en offrant non pas le même produit mais un produit similaire. Ce ne sera plus possible.

"Deux bouteilles de champagne, qu’il soit brut, demi-sec ou doux, blanc ou rosé, un foie gras entier et  un bloc de foie gras, des blancs de poulet et des cuisses de poulet, sont considérés comme des produits similaires", peut-on lire dans la note de la DGCCRF citée par LSA

Quand les enseignes contournent la loi

Pour être valides, les promotions ne pourront donc pas excéder 34% et ce dans tous les cas de figure suivants:

>réduction de prix immédiate (exemple: -50%)


34% (1).jpg



>produits offerts pour produits achetés (exemple: un produit offert pour un produit acheté)




>la cagnottage sur la carte de fidélité affecté à un produit (exemple: 50%...

Lire la suite sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi