Dissoudre les associations pour réunions en non-mixité : l'amendement Unef mort-né ?

·1 min de lecture

Les sénateurs viennent d'adopter un amendement visant à dissoudre les associations, comme l'Unef, qui organisent des réunions en non-mixité. Mais la mesure, qui pourrait être contraire à la Constitution, a peu de chance d'être adoptée.

Les réunions en non-mixité n'en finissent plus de susciter les passions. Ce 1er avril, les sénateurs ont adopté, à l'unanimité, un amendement dit " Unef ", du nom du syndicat étudiant classé à gauche, l'Union nationale des étudiants de France.Cet amendement permet de dissoudre des associations " qui interdisent à une personne ou un groupe de personnes à raison de leur couleur, leur origine ou leur appartenance ou non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée de participer à une réunion ". Une réaction directe aux propos de Mélanie Luce, la présidente de l'Unef. Le 17 mars dernier, à l'antenne d'Europe 1, celle-ci réaffirmait que l'association étudiante organisait des réunions en non-mixité, comprendre " interdites aux Blancs ", déclenchant une polémique. Plusieurs élus de droite ont dans la foulée demandé la dissolution de l'Unef. Un appel auquel le gouvernement n'a pas donné suite." Combler un vide juridique "À leur manière, les sénateurs ont tenu à réagir contre une telle pratique, dans le cadre du débat sur le projet de loi confortant le respect des principes de la République, dit " projet de loi contre le séparatisme ". Pour Stéphane Le Rudulier (Les Républicains, LR), qui a déposé l'amendement,...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

"Non-mixité : face aux nouvelles attaques, rassembler les républicains des deux rives est d’une impérieuse nécessité"

S'opposer ou laisser faire : les présidences d'universités face aux réunions en non-mixité

Unef : vive la "non-mixité"… Et la ségrégation ?

Grenoble, Notre-Dame, réunions en non-mixité... : l'Unef en 6 polémiques

Motion de défiance contre la direction de 20 Minutes : "On va droit dans le mur"