Dissolution : LFI et RN «prêts» à retourner devant les électeurs

La dissolution aura-t-elle lieu ? La députée LFI Clémentine Autain comme son collègue du RN Sébastien Chenu se sont dits ce dimanche, chacun de leur côté, "prêts" à retourner devant les électeurs en cas de dissolution de l'Assemblée, où le gouvernement ne dispose que d'une majorité relative. "On est prêts. Non seulement on a les idées, le projet, les candidatures, mais nous avons même stocké du papier en cas de dissolution précipitée" pour imprimer tracts, professions de foi ou bulletins, a assuré Clémentine Autain sur Radio J.

Jugeant qu'une dissolution est "probable", sans en connaître le "terme", l'élue de Seine-Saint-Denis s'est montrée favorable à une telle option, n'étant "pas satisfaite des équilibres politiques aujourd'hui." "J'estime que la macronie n'a pas de majorité pour faire ce qu'elle fait", a-t-elle plaidé. La députée LFI y voit aussi une façon pour Emmanuel Macron , qui a déjà brandi la menace d'une dissolution si le gouvernement était renversé par une motion de censure , de "tenir ses rangs, parce que ça commence déjà à fatiguer, à contester au sein de la macronie". "Il ne faut jamais avoir peur de retourner devant le peuple", a-t-elle encore souligné.

>> LIRE AUSSI - Borne brandit la menace d'une dissolution de l'Assemblée : l'exécutif va-t-il sauter le pas ?

"Cela ne nous fait pas peur"

"Cela ne nous fait pas peur", a abondé dans le même temps le député RN Sébastien Chenu sur BFMTV. "Nous sommes prêts, parce que nous sommes un parti de militants ave...


Lire la suite sur Europe1