Dissolution de l’Assemblée en France, montée des nationalismes sur le continent: quelles conséquences après les Européennes?

Au lendemain des élections européennes, l’Europe se retrouve face à une nouvelle donne politique, avec un Parlement dominé par la droite, mais qui enregistre une très forte poussée de l’extrême droite. En France, Emmanuel Macron a annoncé à la surprise générale la dissolution de l'Assemblée nationale dimanche 9 juin, après la victoire écrasante du Rassemblement national de Jordan Bardella. Retrouvez nos éditions spéciales.

► « Coup de théâtre », « coup de tonnerre », « coup de poker ». C'était hier soir à 21 h 01, après la déroute de son parti aux élections européennes et la percée du Rassemblement National. Le président français, Emmanuel Macron, annonçait la dissolution de l'Assemblée nationale. Les Français retourneront aux urnes les 30 juin et 7 juillet. Un séisme politique qui s'inscrit dans une tendance générale sur le continent. L'extrême droite se renforce mais pour autant, elle ne chamboule pas tous les équilibres au Parlement européen.

Invités :

- Dorian Dreuil, politologue, expert associé à la fondation Jean-Jaurès et enseignant à l’Université Paris Nanterre

► Les citoyens européens ont fait leur choix, donc. Et comme l'avaient prédit les sondages, ces élections européennes consacrent l’extrême droite au Parlement de Strasbourg. En France, en Italie, en Allemagne, en Hongrie, en Autriche, les partis nationalistes ou eurosceptiques progressent dans un Parlement toujours dominé par l'alliance Parti populaire européen - sociaux-démocrates - Renew. Quel sera le poids de ces partis sur l'agenda européen des cinq prochaines années ?

Invités :

Invités :


Lire la suite sur RFI